​Remaniement imminent attendu : Macky Sall dans le flou?

Depuis quelques semaines, on entend que le président de la République va bientôt procéder à de nouvelles nominations au sein de son gouvernement. Plusieurs questions se posent sur les nouvelles toutes qui vont venir et celles qui vont partir. Or, ces derniers se demandent, à juste titre, si la suppression du poste de Premier ministre n’est pas la cause réelle de tous ces changements opérés par Macky Sall.

A LIRE AUSSI : Meeting tous azimuts : comment les responsables apéristes leurrent Macky Sall

Tout seul, l’actuel locataire du palais de la République a des problèmes de coordination et les actes de ses ministres tardent à lui revenir car il n’y a plus ce Premier ministre qui peut faire pression sur eux, leur rappeler les directives présidentielles et l’urgence de mettre l’accent sur tel secteur ou tel autre.

Aussi, lorsque le président de la République donne des instructions, les ministres s’empressent d’en faire un slogan politique plutôt que de s’activer à mettre en œuvre ses instructions. Qui plus est, Macky, comme l’écrivait récemment dakarposte, est esseulé parce qu’il ne fait confiance à personne. Dès qu’un ministre ou un DG de société nationale commence à émerger grâce à son action politique, il se trouve des courtisans qui lui font croire que celui-ci est en train de lorgner son fauteuil. C’est ainsi que sur la base des dénigrements de ses courtisans, il s’est débarrassé d’Amadou Ba, Aly Ngouille Ndiaye et d’autres responsables apéristes qui lui apportaient beaucoup au plan électoral. Et à chaque fois qu’il pense que l’un de ses lieutenants a des ambitions politiques, il le vire avec l’idée que ce dernier a plutôt des ambitions… présidentielles. Une grosse erreur avec la conséquence qu’aujourd’hui le président de la République est isolé. Il est seul !
Sa décision de mettre en place de nouvelles politiques pour les jeunes est bien accueillie mais elle est consécutive aux “ émeutes de la faim ” que l’on a attribué à Ousmane Sonko. Or, lors de ces émeutes il n’y avait pas que les partisans de Sonko, il y avait des jeunes miséreux de la banlieue, des révoltés de toutes sortes, “y compris des militants de ministres qui ont été virés lors du dernier remaniement”.

A LIRE AUSSI : Remaniement : les tractations commencent au Palais

Au finish, ce sont autant les jeunes de banlieue révoltés que les militants de responsables apéristes qui ont pris part à ces manifestations violentes dont on attribue la paternité au seul Ousmane Sonko.

Alors, remaniement sans Premier ministre ? Ce sera toujours risqué si de grands responsables de l’Apr sont virés et remplacés par des… transhumants. Ce remaniement sonne donc comme un aveu d’échec après la suppression du poste de Premier ministre.