La Première femme Commissaire de Police

La décision est issue de la dernière réunion du conseil des ministres et spécifiée ainsi par le communiqué : « Monsieur Mamadou THIANDOUM, Commissaire de Police Divisionnaire de Classe Exceptionnelle, est nommé membre de la Cellule Nationale de Traitement des Informations Financières, en remplacement de Madame Aby DIALLO, admise à faire valoir ses droits à une pension de retraite ».
Ainsi prend fin une carrière d’une trentaine d’années qui a mené à divers postes de la hiérarchie policière la première femme Commissaire de Police au Sénégal. Mme Aby Diallo retraçait, dans une interview à Debbo en 2015, le chemin qui l’avait conduite sous ce corps : « c’est mon grand-frère qui était déjà dans la police qui m’a convaincue de le faire. Mon mari de l’époque, M. Djibril Hamat Diallo m’encourageait aussi. Étant donné que j’avais une famille de policier, que mon beau-père était aussi un gendarme, ma mère a sauté de joie. Elle a apprécié, me disait-elle, que j’ai décidé d’hériter du métier de mon père. Les épreuves ont été abordables. Codou Camara et moi avons réussi le concours avec brio ».
Elle expliquait aussi que, « l’admission des femmes dans la police est le fruit d’une lutte ardue des mouvements de femmes. Nous devons aussi une fière chandelle à Mme Maïmouna Kane, ancienne ministre de la condition féminine qui avait instruit cette requête de façon récurrente lors de la quinzaine de la femme. Je suis aussi tombée sur des supérieurs qui avaient une belle finesse d’esprit ».
Passée par Sureté urbaine, Saint-Louis, entre autres, elle révélait quelques étapes de sa carrière, notamment celles pour faire prévaloir son autorité : « cela m’est arrivé une seule fois avec les gens de Guet Ndar, mais l’expérience de Dior les avait réveillés. Tous me racontaient l’incident qui s’était produit entre Dior et avec le vieux Dial au tribunal mais franchement je n’ai pas rencontré de difficultés majeures. Le seul problème, c’était les joutes politiques, j’ai du gérer des tensions politiques entre des ténors de la vie politique saint-louisienne. Mais j’étais une promotionnaire de la plupart de ces cadres comme l’ancien ministre Ousmane Ngom, cela a été un atout pour moi ».

Comments are closed.