RĂ©duire l'indiscipline et l'incivisme Ă  sa plus simple expression ( Mme DIOP Blondin) | Limametti.com

Politique

RĂ©duire l’indiscipline et l’incivisme Ă  sa plus simple expression ( Mme DIOP Blondin)

Publié par Sokhna Fall

Dans ses discours du 2 et 3 fĂ©vrier, le PrĂ©sident de la RĂ©publique a abordĂ©, entre autres sujets, l’indiscipline et l’incivisme qui gangrĂšnent notre pays jusqu’Ă  impacter notre productivitĂ© Ă©conomique, notre santĂ© et notre devenir commun. A t-il a enfin (re)pris conscience que les sĂ©nĂ©galais ne mangent pas cette croissance tant vantĂ©e auprĂšs des bailleurs et qu’en rĂ©alitĂ© ils vivent mal? Il n’est jamais trop tard.
Pour mener Ă  bien ce projet, je me permets de lui faire part de mes analyses et propositions.

M. Le PrĂ©sident, vous n’ĂȘtes pas sans savoir que nous avions une police chargĂ©e de mettre de l’ordre sur la voie publique et veiller Ă  la quiĂ©tude des populations. Nous avions un service d’hygiĂšne qui arpentait les quartiers pour nous assurer des habitats et des quartiers saints surtout pendant l’hivernage. Nous avions des fonctionnaires, certes plus bureaucrates qu’hommes de terrain, mais pas milliardaires et surtout qui rendaient des comptes sur leurs missions professionnels et non sur leur reprĂ©sentativitĂ© politique. Nous avions un semblant de sentiment d’unitĂ© nationale Ă  consolider. Nous avions des espaces et poumons verts, des forĂȘts classĂ©es et une Casamance boisĂ©e Ă  perte de vue. Nous avions un littoral dĂ©gagĂ© et des plages accessibles Ă  tous. Nous avions une annĂ©e scolaire de 10 mois allant d’octobre Ă  juillet. Nous avions aussi un dĂ©but de tissu industriel avec des sociĂ©tĂ©s nationales.

Aujourd'hui nous mettons le cap sur l'application mobile LIMAMETTI. Télécharger l'application mobile en cliquant sur l'image :

Lire aussi l’article :Parrainage : les candidats et auteurs de doublons risquent la prison !

Je veux Ă  travers ces exemples dĂ©montrer que nous avions un bon dĂ©but d’une sociĂ©tĂ© post coloniale et qu’il fallait s’atteler Ă  crĂ©er un cadre et un gouvernance qui en ferait une nation indĂ©pendante et prospĂšre.
Mais vos propos traduisent le sentiment d’Ă©chec que nous partageons tous en examinant le SĂ©nĂ©gal d’aujourd’hui. Vous me direz que le SĂ©nĂ©gal a « Ă©voluĂ© » et que d’autres l’ont gouvernĂ© avant vous, et c’est vrai ; mais la mise Ă  l’Ă©chelle des fondamentaux techniques et politiques n’ont pas suivi durant ces soixante ans d’indĂ©pendance. On a plutĂŽt dĂ©construit les quelques socles de valeurs vertueuses dont on pouvait se vanter.

Vous concernant, en 2012, c’est certainement conscient de la dĂ©tĂ©rioration de notre environnement que vous aviez crĂ©Ă© le MinistĂšre du Renouveau Urbain, celui de la Bonne Gouvernance ainsi que la DĂ©lĂ©gation de la RĂ©forme de l’Administration; vous aviez organisĂ© en 2016, au cours d’un grand meeting Ă  Diamniadio, un forum national de l’administration. Qu’ont fait ces institutions depuis leur crĂ©ation? En passant sous silence ces informations et en montant au crĂ©neau, vous admettez, M. le PrĂ©sident, qu’on est proche un Ă©chec cuisant. Ce qui est gĂȘnant dans votre approche c’est que vous semblez apostropher le sĂ©nĂ©galais de la rue qui n’aurait pas le bon comportement sans laissant de cĂŽtĂ© votre part de responsabilitĂ© dans ce dĂ©sordre indescriptible et Ă  tous les niveaux que chaque citoyen subit au quotidien, vous qui ĂȘtes aux manettes depuis trĂšs longtemps.

Pour ma part, je suis persuadĂ©e que c’est beaucoup plus facile d’obtenir des changements d’habitudes des gens dans la rue que de ceux qui sont chargĂ©s de faire respecter les bonnes rĂšgles. Il en est de mĂȘme pour ceux qui sont protĂ©gĂ©s par leur appartenance Ă  un cercle, ceux en boubou ou col blanc et ceux qui prĂ©sentent un intĂ©rĂȘt politique. Je pense aussi que quand un ministre renvoie les magistrats de la cour des comptes c’est de l’indiscipline. Il en est de mĂȘme quand on refuse de dĂ©clarer son patrimoine alors que la loi vous y assujettit. ProtĂ©ger les prĂ©dateurs de la rĂ©publique c’est aussi de l’incivisme. Faire l’apologie de la transhumance, ne pas respecter sa parole c’est brouiller les valeurs Ă  transmettre Ă  la jeunesse et c’est assurĂ©ment de l’incivisme.

Le « chef » doit incarner le modĂšle qu’il aspire promouvoir pour avoir la crĂ©dibilitĂ© et la lĂ©gitimitĂ© de tracer la voie qu’il demande aux autres de suivre ; donc vous devriez commencer par la mise en pratique de cette nouvelle ligne dans votre entourage proche. « Lou waye di nouyo daf koy niro ». Votre premier objectif sera de faire rĂ©gner le civisme et la discipline dans vos Ă©quipes administratives et politiques ; il vous faudra aussi faire appel Ă  vos tailleurs de constitution et de fichier Ă©lectoral, qui ont amplement rempli leur mission quand il fallait tracer la voie de votre deuxiĂšme mandat, pour qu’enfin ils se mettent au service du peuple afin de « rĂ©duire l’indiscipline et l’incivisme Ă  sa plus simple expression ».
Alors seulement, en ce moment-lĂ , vous pourrez espĂ©rer crĂ©er les conditions de naissance de citoyens avec un esprit sain dans un corps sain et un pays dotĂ© d’un environnement sain
 tel que cela est inscrit dans notre constitution.

Mme DIOP Blondin- Ndeye Fatou NDIAYE
Coordinatrice adjointe Plateforme Avenir SĂ©nĂ©gal Bii Ñu BĂ«gg

A propos du rédacteur

Sokhna Fall

Je suis un amoureux du web qui aime aller Ă  la recherche de l'information partout dans le monde

Laissez un commentaire