}
Accueil Faits divers Affaire Khadim Diop : Son épouse Aïda Mbacké revient sur les faits avec confidences effroyables
Affaire Khadim Diop : Son épouse Aïda Mbacké revient sur les faits avec confidences effroyables

Affaire Khadim Diop : Son épouse Aïda Mbacké revient sur les faits avec confidences effroyables

pour Fatima Diallo

Aida Mbacké était très amoureuse de son mari Khadim Diop jusqu’à ne pas supporté de le partager avec une autre femme. Une jalousie qui la pousser à commettre l’irréparable. Face à la chambre criminelle, elle fait le récit de cet événement tragique.

Il ressort de l’enquête, qu’avant le meurtre, la dame a eu une discussion relative à la jalousie, après avoir découvert une conversation dans le téléphone de son mari. Ce dernier lui a dit que c’est une vieille dame qui le considère comme son fils. Mais quand elle a consulté la page Facebook de la dame, elle s’est rendu compte qu’il s’agissait d’une jeune fille. Par la suite, ces soupçons seront confirmés par une collègue de son mari, Khadija qui l’a avoué que ce dernier avait une autre épouse qui vit en Italie, avec ses deux enfants.

Le jour des faits, compte tenu de son état, elle a essayé de parler avec son époux, mais en vain. Elle a pris rendez-vous avec sa sage-femme, puisqu’elle était en état de grossesse avancé. A son retour, elle a encore tenté de parler avec son mari qui n’a pas voulu se prêter au débat. Elle a commencé à avoir des ressentiments que cette vie n’en valait plus la peine. Elle a décidé de mettre fin à sa vie et celle de son mari. Aida Mbacké a saisi un liquide inflammable, du vernis qu’elle a aspergé dans toute la chambre et sur le lit où le mari était allongé, avant de mettre le feu avec, un briquet.

C’est ainsi que la flamme s’est propagée. Le mari était tout en flammes pendant qu’Aïda était sortie pour aller dire à sa voisine que son mari voulait la tuer. Pendant ce temps la victime se débattait en criant : « Aïda m’a incendié ». Par la suite, ils ont été évacués et pris en charge. Malheureusement, le mari a succombé à ses brulures.

Interrogée, Aïda Mbacké a répondu que son époux avait changé lors de sa grossesse. Elle n’arrivait plus à avoir de l’attention ni de l’affection de sa part. N’empêche, narre-t-elle, son intention n’était pas de le tuer. Car selon elle, Khadim était un bon mari, un frère et un conseiller.

Mais il faut dire que le liquide dont fait état Aïda Mbacké n’était pas inflammable et ça était confirmé par le témoin. « Je pense qu’il y avait une bouteille sur les lieux avant les faits ». Qui l’a posé là-bas ? « Je ne sais pas », répond le témoin.

Selon l’avocat général, certes elle est blessée, mais ses blessures ne sont plus sévères que celles de son mari. « La préméditation me paraît assez fragile. En aspergeant le liquide alors que son mari était sur le point de s’endormir, elle n’avait autre intention que celle de donner la mort. C’est un crime passionnel. On peut comprendre que c’est par jalousie qu’elle a posé cet acte. Aïda vu tout ce qu’elle a subi et compte tenu de son état, a été manipulée par une force invisible qui l’a poussé à commettre cet acte. Elle n’a pas agi avec discernement parce qu’elle même pouvait mourir. C’est des faits extrêmement douloureux. Si c’était à refaire, elle ne l’aurait jamais fait. Elle l’a commis avec passion », avance la robe noire.

Il a ainsi demandé à ce que la piste de l’assassinat soit écartée et de déclarer la femme coupable de meurtre. L’avocat général demandera 15 ans de réclusion criminelle. Pour sa part, la défense a plaidé pour l’acquittement de son client. Le délibéré est fixé au 17 novembre.

Dans ma meme carégorie