Je suis le prochain Président de la République du Sénégal qui succède au Président Macky Sall“, annonce Ansoumana Dione, leader de “Jaamu Askan wi”, (le Serviteur du Peuple), et président de l’Association Sénégalaise pour le Suivi et l’Assistance aux Malades Mentaux (ASSAMM). A l’en croire, que Bougane Guèye Dany et l’Honorable Député Ousmane Sonko, se le tiennent  pour dit.

La confiance…

Ils (Ndrl: Sonko-Bougane) disposent, certes, de moyens, financiers, logistiques, médiatiques, entre autres. Mais, pour gagner réellement la confiance et surtout le cœur des sénégalais, pour cette élection présidentielle, prévue en 2024, il fallait être aux côtés des populations, depuis l’an 2000, sur les questions d’intérêt national, les plus essentielles“, déclare Ansoumana Dione.

Ansoumana candidat…

Selon président de l’Association Sénégalaise pour le Suivi et l’Assistance aux Malades Mentaux (ASSAMM), l’élection présidentielle de 2024 aura une très grande particularité, notamment, avec l’élimination, de fait, du Président Macky Sall, candidat ou pas. Car, pour la première fois, les Sénégalais devront choisir un Président de la République, en dehors même de toute la classe politique, un citoyen parmi le peuple, pour conduire leur destinée.

Rendez-vous avec le peuple…

Pour M. Dione, il ne sera point question de s’opposer à qui que ce soit. Mais, d’avoir un rendez-vous avec le peuple, sur la base de qualités et d’un passé qui témoignent suffisamment que seules les préoccupations des citoyens, vous intéresse. “Après Léopold Sédar SENGHOR, Abdou DIOUF, Abdoulaye WADE et Macky SALL, tous chefs de partis politiques, le peuple choisira, en son sein, un citoyen, pour marquer une rupture totale avec leurs mauvaises pratiques de se partager les maigres ressources du Sénégal“, ajoute-t-il.

Confiance…

Qui a vu, une seule fois, le Président Macky Sall nommer un Ministre, un Directeur Général, entre autres, ou confier une mission républicaine à un sénégalais, en dehors de son entourage ? Monsieur Idrissa SECK, n’a-t-il pas choisi ses proches, au Conseil Economique, Social et Environnemental ?“, s’interroge Ansoumana Dione.