Appel au combat physique : La riposte de Malick Wade Gueye contre les SONKOBOYS

Lors de l’ouverture de la première université des cadres de son parti, Ousmane Sonko a laissé un message fort à ses partisans.

« Chaque fois que des intérêts occultes ont pu étouffer la révolution africaine, c’est parce que soit ce n’était pas suffisamment approprié par une masse critique ou alors, il y avait un manque de courage de ceux qui devraient porter ce combat. C’est beaucoup d’engagement, beaucoup de courage, pas seulement derrière les claviers, mais aussi sur le terrain. Il faut être prêt pour le combat même physique s’il le faut. Il faut que chacun d’entre nous soit prêt pour le sacrifice que nous devons à ce pays et à notre continent, a-t-il déclaré. 

Malick Wade Gueye a décidé de répliquer. Voici le contenu de sa contribution intitulée “QUOI QU’ILS LEUR COÛTENT EN SACRIFICES, IL DOIT NOUS COÛTER LE DOUBLE”.

À mes amis et camarades de l’APR et du BBY, soyez sur vos gardes, nous sommes six fois plus nombreux que les SONKOBOYS. La loi du Talion doit s’appliquer en pareilles circonstances : œil pour œil dent pour dent. Nous avons tous entendu les déclarations de SONKO lors de la rencontre de ses soi-disant cadres. Il a invité ses affidés à se sacrifier pour prendre le pouvoir. Il a aussi déclaré qu’il donnerait de sa vie sur le cas Adji SARR. Il a aussi parlé d’une éventuelle seconde vague qui sera plus dévastatrice. Il est devenu encore plus agressif

L’agressivité est souvent une manière maladroite d’exprimer un besoin ou un sentiment, par exemple, l’autre se décharge peut-être d’une déception suite à un échec. Il se croyait déjà investi du pouvoir suprême de notre cher pays. Il faisait des déclarations sur certaines chaînes de télévision au moment où le président légitimement élu s’adressait à la Nation. L’affaire Adji SARR est venue remettre tout à l’ordre. Au lieu de retourner au logis honteux mais digne, il cria au complot en entraînant les naïfs à la violence ayant fait 14 victimes et plus de 300 blessés.

A LIRE AUSSI : L’ “ouragan Adji Sarr” emporte Ousmane Sonko

Plus jamais ça, que les responsables politiques APR et de la coalition BBY se préparent à riposter à la hauteur de l’agression. Nous avons une justice responsable mais SONKO refuse de le reconnaître, il veut sa justice personnelle. Ce qui est impossible, impensable et inadmissible. Que l’Etat reste fort aidé de tous les partisans du président qui l’incarne. C’est ça qui vaille et rien d’autre.

Trop c’est trop, le « MASLAHA » est entrain de tuer nos Institutions et affaiblir l’Etat. Nous devons tous se lever pour défendre la république. Le pouvoir ne se ramasse pas dans la rue et seul le conseil constitutionnel est habilité à valider une candidature. Si ce dernier valide la candidature de son Excellence le président Macky SALL, il se présentera à coup sûr et rien ne se passera.

Que vive le Sénégal dans une Afrique en Paix.

Malick Wade GUEYE, DSE/APR Espagne