Le doigt dans la plaie. Sans porter de gants, le Secrétaire général du Syndicat national des Professionnels de l’information et de la Communication du Sénégal (SYNPICS), Bamba Kassé, a listé les maux de la presse, devant le chef de l’État, lors de la traditionnelle cérémonie de remise de cahiers de doléances à l’occasion de la fête du travail.

Selon lui, les agressions et les conditions précaires que vivent les journalistes ont fait que le Sénégal a reculé de deux (2) place ( 47 à 49) sur le dernier classement de ’’Reporter Sans Frontières’’ portant sur la liberté de la presse.

Dans son allocution, Bamba Kassé est largement revenu sur les débordements notés au niveau de l’internet notamment les réseaux sociaux. Il a ainsi appelé à assainir le milieu. “Le Sénégal tarde à réformer son secteur des médias“, a-t-il déclaré. Pour mettre un terme à ces dérives, le SG du SYNPICS a annoncé des ’’assises’’ de la presse. L’objectif de ces concertations est d’arriver à une bonne régulation du secteur des médias.

MACKY SALL INSISTE SUR LA RÉGULARISATION DES RÉSEAUX SOCIAUX

Cette démarche du SYNPICS est bénie par le chef de l’État. Macky Sall, qui est favorable à la régulation du secteur des médias, dit attendre les conclusions de ces concertations. “Je partage les préoccupations du SYNPICS à 100% (…). On ne peut pas laisser continuer ce qui se passe dans les réseaux sociaux. La régulation de ce secteur est devenue une nécessité“, a-t-il déclaré.

Pour le président de la République qui insiste sur son combat contre les dérives des réseaux sociaux, on peut bien exprimer son opinion tout en respectant la dignité des autres. Tout le contraire de ce qu’il dit avoir constaté sur les réseaux sociaux où des gens, sous le couvert de l’anonymat, passent leur temps à insulter d’honnêtes citoyens et à briser des familles.

Emedia