LIMAMETTI.COM- Le Khalife Général des Mourides, Serigne Mountakha Mbacké, a reçu samedi les leaders de la coalition citoyenne, à savoir Assane Diouf, Clédor Sène et Dame Mbodj, après leur libération de prison.

Ils ont demandé au guide de veiller à ce que le Président Macky Sall ne se hasarde pas chercher un troisième mandat.

“Le Sénégal vous doit reconnaissance et remerciements. Nous ne pouvons nous empêcher de saluer, en passant, la diligence avec laquelle Serigne Bassirou Mbacké Porokhane a mené la mission que vous lui aviez confiée. Concernant votre appel à maintenir cette paix, c’est sans doute aucun que nous y avons souscrit “, a dit Clédor Sène dans Dakaractu.

Il ajoute : “Quand j’étais en prison, j’étais surpris de ce qui se passait dans les rues. Lorsque vous avez parlé, bous avons tout de suite convenu de tout laisser tomber pour que revienne la paix. Ce que vous nous demandez de faire, il n’y a aucun doute que nous allons nous en acquitter”.

Assane Diouf va lui présenter ses excuses subséquemment aux insultes qu’il préférait lorsqu’il était aux États-Unis. “Je regrette ce comportement et sollicite votre pardon”, rapportent nos confrères.

L’activiste ne manquera pas de dire au Patriarche de Darou Miname qu’il a été accusé, à tort, d’être un terroriste. Il profitera de l’occasion pour dénoncer l’arrestation de Ousmane Tounkara.

” J’étais aux États-Unis. Et c’était grâce à Serigne Mouhamadou Amine Bara Mbacké. Je n’ai jamais, durant tout mon séjour, pris ce qui ne m’appartenait pas. Pour ce qui concerne Ousmane Tounkara, c’est un ami. Il a été victime des mêmes accusations. Je demande que vous intercédiez en sa faveur et qu’il ne soit pas brimé”.

Dans sa réponse, le Khalife leur demandera de ne jamais cesser d’œuvrer pour le bien. ” Tant qu’il y aura des gens qui sont là pour détruire, il est nécessaire qu’il y ait d’autres qui accourent pour consolider les acquis positifs. C’est Dieu Qui fait et Qui défait et Il n’ignore rien. Il nous connaît mieux que tout le monde. Pour acquérir le bien, il y a un chemin à prendre. En ce qui nous concerne, nous ne pouvons rien faire d’autre que de veiller à la stabilité de ce pays et à la sérénité des citoyens. Quoique que vous cherchiez à obtenir, faites le dans le calme et dans la politesse”.