Avec deux driankés pourquoi Sonko n'a pas été massé par ses femmes?
Avec deux driankés pourquoi Sonko n'a pas été massé par ses femmes?

LIMAMETTI.COM- “Il s’est jeté dans la gueule du loup”. Cette phrase pourrait   faire l’objet d’un roman dans l’affaire Ousmane Sonko/Adji Sarr qui défraie la chronique depuis quelques jours. Le seul vrai opposant du pouvoir, s’est sacrifié en voulant se faire masser dans un salon. 

Erreur monumentale! le mot n’est pas de trop pour parler d’Ousmane Sonko. Le député et leader de Pastef n’a pas chauffé ses méninges avant de se lancer dans la gueule du loup. Ciblé depuis longtemps par le régime en place, Il  n’avait pas encore pris conscience de sa haute  personnalité en tant que jeune leader.

Homme politique,  3e  lors des  dernières élections élections présidentielles, député, jeune cadre radié de la fonction publique…autant de signes qui pouvaient éveiller le leader de Pastef pour  changer de vie, de conception dans ses déplacements, ses faits et gestes. Un homme de cette envergure ne pouvait pas commettre une telle erreur en se rendant dans un salon détenu par une vraie sénégalaise. Or, Sonko garde dans sa maison, deux jeunes drianké aussi Ndiongué  très sensibles à la santé de leur mari.

Pourquoi alors, il n’a pas demandé à ses amours de l’aider dans sa maladie sachant que les masseuses du salon Sweet Beauté n’avaient aucune expérience dans le domaine de la Kiné. Ce n’est pas parque la séance coûte 20.000 qu’un homme de cette transe doit trainer les pieds à cet endroit.

Cette affaire ressemble à l’histoire de l’agneau sacrifié. Ainsi, Oumane Sonko,  comme un plateau en or, s’est  offert  lui même à Macky Sall  qui voulait l’éliminer depuis le début.  Le boy, comme on l’appelle de l’autre côté, a perdu la tête en entrant dans la cour des grands de l’APR.

Comme disait l’autre, la femme et l’argent sont les deux choses qu’un politicien doit éviter. Longtemps chassé par le pouvoir , Sonko a été trompé par sa fougue et son autoritarisme. Ce qui se paie cache dans la mesure ou  le lion a déjà mordu l’agneau. Seule la mort pourra les séparer.

Son immunité parlementaire levée, le jeune politicien risque de passer de beaux jour à l’hôtel 0 étoiles,  où son rêve de voir le fauteuil présidentiel lui frôle le bout de son nez.