Je reviens d’un exil et j’en rends grâce à Dieu. Je suis resté deux ans sans lutter, de mon propre gré, et je crois avoir bien fait. Car, ce recul m’a permis de bien travailler pour espérer revenir en force. Je le dois à mon écurie, ma famille, les amis et tout le monde.

 

Comments are closed.