“C’est Youssou Ndour qui parraine la gestion orientée et nébuleuse de la Sodav“, d’après Abdoulaye Mamadou Guissé. Dans une note parvenue à limametti, le Président de l’Observatoire de la musique et des Arts du Sénégal (OMART) livre sa part de vérité suite à la sortie, selon lui, “du Pseudo conseil d’Administration“.

Une réaction d’Abdoulaye Mamadou Guissé qui fait suite à la polémique autour de la gestion de la Société sénégalaise du droit d’auteur et des droits voisins (Sodav). En effet, lors d’une conférence de presse, vendredi dernier, le Conseil d’administration avait accusé certains acteurs culturels d’être des taupes de personnes mal intentionnées.

Voici, il extenso la réaction du Président de l’OMART :

La Société sénégalaise du droit d’auteur et des droits voisins (Sodav) est un net recul créatif, économique et social à cause d’une gestion nébuleuse. La présidente du Conseil d’administration, Ngoné Ndour, est la directrice de la société de production Prince Art, fondée par Youssou Ndour. Un véritable conflit d’intérêt. Les artistes de Prince Art sont plus servis à la Sodav que les autres.

Avec le refus manifeste et délibéré d’appliquer les dispositifs de l’article 124 dans l’organe de régulation et de contrôle depuis son agrément qui n’est rien d’autre que la commission permanente de contrôle exigée par la président de la République en conseil des ministres du 14 octobre 2020, la Société de gestion collective des artistes a connu une gestion catastrophique.

Ngoné Ndour est au four et au moulin, éclipsant Aly Bathily, un directeur-gérant mou, un faire-valoir indigne d’un juriste, parachuté au détriment d’un appel d’offre qui avait retenu comme Directeur Gérant Bouna Manel Fall.

La Première Présidente du Conseil d’administration de la Sodav, la cinéaste Angèle Diabang a été liquidée par le lobying Ndour, Aziz Dieng et compagnie. Le très compétent Bouna Manel Fall, ancien directeur-gérant, au terme d’un appel à candidature, a été écarté car victime d’un complot orchestré par Aziz Dieng et la famille Ndour. C’est Youssou Ndour qui parraine la gestion orientée et nébuleuse de la Sodav.

A qui appartient l’immeuble à la Cité Keur Gorgui qui abrite l’annexe de la Sodav loué à un montant exagéré sans l’avis des artistes ayant droit ?

-Je félicite vivement le Président de la République Macky Sall pour avoir exigé l’évaluation institutionnelle et financière de la Sodav et la mise en place de la commission permanente de contrôle, devenue le cauchemar de la famille Ndour.

Et pourtant des commissions sont fonctionnelles, Commission Copie privée, Rémunération équitable entre autres, la Sodav n’a jamais voulu mettre en place la Commission permanente de contrôle. Et je depuis des années, j’ai toujours réclamé la Commission de contrôle. Comment une société peut fonctionner pendant 4 ans sans contrôle. C’est pourquoi, nous répétons que la gestion est nébuleuse. Le Ministère de la Culture n’a jamais envoyé une inspection interne à la Sodav. Donc, bravo Monsieur le Président d’avoir donné des instructions ferme au Ministre de tutelle. La Sodav depuis son existence légale en 2016 n’a jamais octroyé de cartes de membre aux sociétaires, c’est-à-dire aux ayants droit. En effet, les artistes se doutent du nombre d’ayants droit dans le cadre de la répartition des droits d’auteur et droits voisins. Et aussi du nombre élastique de bénéficiaires du fonds du Covid 19.

-Je déplore d’emblée la gestion opaque, nébuleuse de la Sodav par une administration tatillonne.

Depuis 2016, existence légale de la Sodav, aucun ayant-droit, aucun sociétaire n’a sa carte de membre. Quelle catastrophe. Comment peut-on savoir le nombre de membres de la Sodav. Combien reçoivent leur droit d’auteur ou droits voisins, leur redevances? Personne ne sait. C’est ça la gestion nébuleuse.

La plupart des festivals et activités culturelles soutenus financièrement par la SODAV sont organisés par des membres du Conseil d’Administration. Et la plupart des ayants droit qui organisent leurs activités sont ignorés.

Un Conseiller spécial du Président de la République est subventionné par la Sodav.
Je me mettrai à la disposition de la commission permanente de contrôle composée par : Le Ministère de la culture, le Ministère des Finances, la Cour Suprême ainsi que l’Ofnac afin d’apporter les preuves de la gestion nébuleuse de la Sodav dont je suis ayant droit.

A la page 22 du rapport 2019 (voir site sodav)
-Total Perception 889.536.490
-Total Charges: 542.086.329
Charges du personnel: 285.937.755 Scandale.
Les faits sont précis et le Président de la République tient le bon bout.

Signée Abdoulaye Mamadou GUISSE
Président de l’observatoire de la Musique et des Arts du Sénégal (OMART)