Les agents du Conseil exécutif des Transports urbains de Dakar (CETUD), affectés dans les régions pour servir de points focaux ne savent plus à quel saint se vouer. Pour cause, depuis plus de trois mois, ils peinent à encaisser leur salaire.

« Ce n’est pas la première fois que nous trainons des retards de paiement, mais cette fois-ci, à ce stade et dans ce contexte de crise économique et sanitaire, on ne parle plus de retard mais d’absence de paiement, tout simplement », se plaint l’un d’eux, qui s’est confié dans l’anonymat à Emedia.sn. Ces agents, payés via le Fonds Revolving logé à la Direction des Investissements au ministère des Finances, disent craindre que les autorités ne sont pas au courant de leur situation de galère.

Selon nos informations, ils sont une dizaine d’agents dispatchés entre Thiès, Saint-Louis, Louga, Kaolack, Fatick, Tambacounda, Tivaouane, Diourbel Kolda et Mbour. Le plus gênant dans cette situation, déplorent-ils, c’est qu’il n’y a que ces points focaux, affectés dans les régions qui souffrent de ces retards de paiement. Tous les autres agents du CETUD établis à Dakar perçoivent régulièrement leur salaire.

Agent du CETUD depuis près d’une dizaine d’années et affecté en région depuis plus de 5 ans, l’un de nos interlocuteurs se désole du traitement dont ses collègues et lui font l’objet, restant toujours employés à titre de prestataires malgré plusieurs années de service.

« Nous travaillons dans des conditions extrêmement précaires et difficiles durant toutes ces années passées dans les régions, détaille-t-il. Nous n’avons ni couverture sociale, ni couverture maladie, ni aucun autre avantage et nous sommes de plus en plus inquiets tant le CETUD semble traverser des heures sombres avec une série de démissions d’une dizaine de cadres enregistrées ces derniers temps, à cause de désaccords avec l’équipe dirigeante menée par le DG Thierno Birahim Aw. Les relations sont également tendues avec l’AFTU, qui est le partenaire principal du CETUD et le moteur du transport urbain au Sénégal. »

La Direction du CETUD, que nous avons cherchée à joindre depuis plus d’une dizaine de jours pour évoquer cette question des difficultés que vivent leurs points focaux, n’a pas souhaité réagir, évoquant une situation contractuelle des agents qui seraient affectés à l’AFTU. Après plusieurs jours d’hésitation, notre interlocuteur a, dans un premier temps, promis de nous revenir après un briefing avec le responsable du service chargé du paiement avant de se rétracter, promettant à plusieurs reprises de nous revenir, en vain et de trouver une solution avec les concernés après nos multiples relances, ce qui n’a toujours pas été le cas.