Cheikh Tidiane Gadio s’est servi de son carnet d’adresse pour se muer en courtier de la China National Petrolium Corporation (Cnpc) dans une affaire de corruption qui touche le Tchad et l’Ouganda, a détaillé le journal Libération, lu par Actunet.

Chi Ping Patrick Ho, le chef d’une Organisation non gouvernementale basée à Hong Kong et en Virginie qui détient un « statut consultatif spécial » auprès du Conseil économique et social des Nations Unies, est tombé en même temps que Gadio.

Ho et Gadio ont amené la compagnie précitée à offrir un pot-de-vin de 2 millions de dollars au Président du Tchad, en échange d’une possibilité exclusive d’obtenir des droits pétroliers particuliers au Tchad sans faire face à la concurrence internationale.

Cheikh Tidiane Gadio a joué un rôle déterminant en mettant en lien Chi Ping Patrick Ho et le président tchadien. Ce n’était pas un service gratuit. Puisque Gadio a reçu de la part du chef de l’Ong une somme de 400 mille dollars. Un montant qu’il a perçu via son fils.

Cette affaire a débuté en octobre 2014, lorsque Ho et Gadio se sont rencontrés au siège de l’Onu à New York. En cette période, le gouvernement tchadien avait infligé une amende de 1,2 milliard de dollars à la Cnpc, pour violation du Code de l’environnement. Ho a ainsi enrôlé Cheikh Tidiane Gadio, qui avait des relations personnelles avec le président tchadien, pour aider la compagnie d’énergie à avoir accès à lui. Une mission que Gadio a accompli avec tact.

Ensuite, lorsqu’il s’est agit de verser la somme de 2 millions de dollars -appelé don pour des causes caritatives- l’ancien ministre sous Wade a aussi demandé, dans un mail, sa part estimée à 400 mille dollars. En effet, la Fbi a intercepté une centaine de mail dans cette affaire.

Il faut dire que Chi Ping Ho, 68 ans, et Cheikh Tidiane Gadio, 61 ans, sont accusés d’avoir conspiré pour acte de blanchiment d’argent international. Les peines maximales pour ces accusations sont de cinq ans de prison pour conspiration, cinq ans pour chaque violation, 20 ans de prison pour l’acte de blanchiment d’argent international et 20 ans pour chaque chef d’accusation de blanchiment. Les peines seront prescrites par le Congrès des Usa.

Selon la Justice américaine, Gadio détient la nationalité américaine depuis 2000. Et c’est à ce titre qu’il est passible de poursuite devant leur juridiction.