Confession :

Il y a toujours quelque chose qui nous plait chez une personne avec qui on s’engage pour une relation sérieuse. Yacine, une jeune femme sénégalo-mauritanienne, explique comment elle a fini par avoir un faible pour les lutteurs sénégalais.

A LIRE AUSSI : Confession : “Comment j’ai su que mon mari est un goordjigueen…”

“Je m’appelle Yacine. Je suis une métisse sénégalo-mauritanienne et je vis à Dakar depuis toute petite. Je vais vous faire une confidence inédite, oui je vais vous expliquer pourquoi les lutteurs me font autant craquer. Quand j’étais au lycée, alors âgée seulement de 18 ans, je fréquentais avec une copine la plage de Guédiawaye. Nous nous y rendions pour regarder les lutteurs s’entraîner. Toutes les deux aimions regarder ces gaillards, torses nus transpirer comme des vaches. On sentait tellement leur force à chaque contact ou cri. Un soir, alors que j’étais encore vierge, je suis allée toute seule suivre les entraînements des lutteurs. Parmi eux, j’ai vu quelqu’un qui me plaisait beaucoup. Je me suis mise à le regarder travailler comme une bête. A force de le lorgner, il finit par s’en apercevoir. A la fin de la séance, il s’est approché de moi et m’a demandé mon nom. Je lui ai répondu avec le sourire. Nous avons discuté et il m’a proposé de me raccompagner. Je lui ai dit « non » sous prétexte que mes parents sont très jaloux. Il m’a donc proposé d’aller chez lui. Je ne sais pas ce qui m’a prise mais je l’ai suivi comme s’il m’avait jeté un sort. Chez lui, je ne vous dirai pas ce qui s’est passé mais quand je suis rentrée, je n’étais plus vierge.

A LIRE AUSSI : Confidence de la femme d’un grand PDG : “Sama cousin moma eumbeul, damako bett…”

Pour le plaisir, j’allais souvent le voir chez lui mais nous avons fini par rompre car il m’a surprise avec un autre lutteur. Je lui ai expliqué que j’avais un faible pour les lutteurs mais il ne voulait rien comprendre. Depuis, j’ai décidé de vivre ma vie sans jamais m’engager. Je me tapais tous les lutteurs que je rencontrais sur mon chemin. Je n’ose pas vous citer les noms ni tous les lutteurs avec lesquels j’ai connu une relation intime. Est ce que je vais arrêter un jour de me les taper? Pour le moment, j’en sais rien mais j’aimerais bien changer. Peut-être que j’ai été ensorcelée? Peut-être que j’ai besoin d’aller voir un féticheur pour qu’il me libère de ce mauvais sort? Peut-être que vous avez une solution à me proposer? Si c’est le cas, aidez-moi.”