covid-19-exposes-les-malades-atteints-dhemophilie-interpellent-letat
covid-19-exposes-les-malades-atteints-dhemophilie-interpellent-letat

Ce vendredi 17 Avril 2020 est célébrée la journée mondiale de l’hémophilie , et le sénégal n’est pas en reste comme il est de coutume depuis 1990 date à laquelle une association dénommée Association Sénégalaise des Hémophiles (ASH) a été créée. Mais, compte tenu du contexte particulier marqué par le coronavirus, les membres de l’ASH qui regroupe ceux qui sont atteints de cette maladie qui affecte le sang n’ont pas pu se retrouver. Néanmoins, autour du thème “participer plus”, ils ont pu faire de la sensibilisation en partageant des videos parlant du lien que la maladie a avec le covid 19. Ce pour coller avec ce qui s’est fait cette année à travers le monde.

A lire aussi : COVID-19 – Cas communautaires: Macky Sall lance un message à la population

Selon, Abdoulaye Loum, président de ladite association, les 280 cas dépistés à Dakar sont confrontés à plusieurs problèmes par rapport à leur prise en charge surtout en cette période de pandémie où ils font partie de la liste des personnes à risque au même titre que les autres malades chroniques. Ces derniers se soignent avec des médicaments qui leur sont offerts de l’extérieur. ” Nous avons des dons qui viennent de la fédération mondiale des hémophiles et jusqu’à présent, nous n’avons pas d’idées précises par rapport à la prise en charge par l’État du Sénégal. Déjà ils avaient mis sur la liste d’urgence des médicaments, les facteurs que nous utilisons et cela fait bientôt faire 5 ans et jusque là rien n’est clair sur l’achat de ces médicaments. Ce qui veut dire que l’État n’achète pas les médicaments “, a expliqué M. Loum avant de demander aux autorités de s’en occuper parce que, s’ils ne reçoivent plus de dons, leurs vies seront en danger: “nous allons même jusqu’à avoir des décès comme par le passé”, a-t-il alerté.

A lire aussi : Coronavirus – Macky Sall envisage d’augmenter les horaires du couvre-feu

Pour rappel, l’hémophilie est une maladie hémorragique héréditaire. Elle est la plus fréquente des maladies hémorragiques héréditaires retrouvées chez un nouveau né sur 10.000 naissances sans prédilection de race ou d’origine géographique.
En dépit de sa gravité, elle reste encore un mystère pour la population sénégalaise. Souvent, des causes mystiques sont évoquées pour l’expliquer. Il en résulte une stigmatisation des personnes atteintes et de leurs parents alors que l’hémophilie nécessite des soins à vie.

Aly Saleh