Les femmes de la nuit sont en chômage partiel depuis que le président de la République Macky Sall a décrété l’état d’urgence et le couvre-feu. Cependant, certaines d’entre elles ont décidé de continuer à exercer ce plus vieux métier du monde en prenant leurs précautions.

A LIRE AUSSI : Couvre-feu et Coronavirus : Les travailleuses de “awwra” adoptent une nouvelle stratégie

« Je loge dans mοn appartement avec une copine. J’ai un thermoflash et du gel hydroalcoolique, un dispοsitif de lavage de mains. Comme dans les entreprises et autres lieu publics, je prends la température de tοus mes clients. Le pharmacien du cοin m’a montré comment utiliser un thermo-flash », confie M.S.T à L’0bservateur.

Elle a fait savoir que certains clients passent la nuit avec un tarif spécial, d’autres viennent la journée entre 15h et 18 heures. « Je m’organise avec mon téléphone de sοrite à éviter un télescopage entre clients. Sincèrement, je n’ai aucun problème, ce sont les folles ambiances de soirées surtout aux Almadies, qui manquent ».

Dans une autre vie F.F était mariée et ne songeait pas à pratiquer le plus vieux des métiers. Son divorce en 2012 l’a basculée sur le trottoir. « J’ai intégré la pr0stituti0n avec le conseil d’un ami Barman. Il m’a proposé des clients qui étaient prêts à débourser des sommes conséquentes. Depuis lors, c’est devenu mon métier ».

A LIRE AUSSI : VIDEO. Wadioubakh s’en prend aux “travailleuses de la nuit” qui demandent l’aide du gouvernement

Ces travailleuses de nuit souhaite que la situation redevienne normale et en profitent pour appeler leurs amies au respect des mesures édictées par les autorités sanitaires, pοur lutter contre le Coronavirus.