}
Accueil News Demain, la révolte des retraités de l’IPRES (Par Salif N’diaye)

Demain, la révolte des retraités de l’IPRES (Par Salif N’diaye)

0
230
La révolte des retraités de l'IPRES (Par Salif N’diaye)
La révolte des retraités de l'IPRES (Par Salif N’diaye)

Le feu couve sous la cendre, les retraités du pays en ont plus que marre de la clochardisation à laquelle veulent les réduire les dirigeants de l’IPRES du fait de la gestion à la limite criminelle de cette institution et le silence complice des hautes autorités du pays.

De partout, les graines de la révolte prochaine sont en train d’être semées pour répondre de manière ferme à nos bourreaux et leurs complices dans leur tentative de pérenniser la situation que nous vivons au prix de ce qui nous reste à vivre. 

Keur Massar a donné le ton au milieu du mois d’avril largement relayé par la presse et Thiès en début du mois de mai et nous nous organisons de manière méthodique et notre stratégie de lutte sera implacable dans son impact car il s’agit de la survie de 140.000 allocataires, veuves et orphelins du pays qu’une minorité de gens sans foi ni loi sont entrain de paupériser en s’enrichissant sans cause au passage sur leurs dos.

Honte à vous dirigeants de l’IPRES pour être les seuls au monde à ne pas payer les retraités à la fin du mois leurs épargnes collectées pendant des dizaines d’années alors que tous les actifs du pays dont les travailleurs de l’IPRES sont payés en ce mois de ramadan et nous sommes à une semaine de la fête de Korité.

Honte à vous dirigeants de l’IPRES qui ne parvenez pas à doter les retraités d’une prise en charge médicale adéquate (un des nôtres a failli perdre ses yeux à la suite d’une mauvaise opération au CMS de Dakar, un autre nouveau retraité est en ce moment entre la vie et la mort du fait de lenteurs inacceptables dans sa prise en charge et traitement de son dossier.

Honte à vous prédateurs de l’IPRES qui continuez à détourner nos cotisations de plusieurs années de labeur avec la complicité active des régimes successifs et dont témoigne la lecture des rapports de la Cour des Comptes et les Documents de Programmation Budgétaire Triennale 2016-2018 et 2019-2021 avec des éléments probants de mauvaise gestion jamais sanctionnée

Honte à vous qui versez à des veuves des sommes dérisoires que rien ne justifie du fait de votre incurie et de votre mauvaise volonté 

Des réformes en profondeur s’imposent au niveau des statuts obsolètes qui font des représentants des retraités des « OBSERVATEURS »,  de la composition du Conseil d’Administration et l’audit de l’institution une nécessité absolue du fait des multiples scandales connues de tous et dont le dernier porte sur détournement sur des tickets de restauration pour près de 600.000.000 vous avez bien lu ?

Nous ne cesserons aussi de réclamer les cartes biométriques  qui ont déjà englouti une somme faramineuse et qui nous ont été vantées avec un grand renfort de publicité en Juin 2019 par l’actuel PCA qui a une très grande responsabilité dans la dégradation de la situation financière de l’IPRES et la précarité des allocataires

Il faudrait qu’il soit persuadé que la majorité des allocataires ne sont pas dans les associations de retraités sans aucune dignité,  couchées à ses pieds qu’il est parvenu à domestiquer et qui se taisent sur les manquements graves de la gestion de l’IPRES 

Le Chef de l’Etat doit aussi COMPRENDRE les problèmes des retraités du pays et examiner leurs légitimes revendications au même titre que  l’emploi des jeunes qui sont dans leur écrasante majorité entretenus par leurs parents retraités avec beaucoup de difficultés.

Je viens de lire avec sourire le communiqué du Conseil des Ministres qui nous renseigne de la tenue avant la fin de l’année 2021 de la Conférence Sociale et m’en tenir là pour le moment tellement on nous a habitué à des annonces qui finissent toujours de se fracasser au contact du mur de l’oubli et surtout que la réflexion qui avait été demandée lors de la dernière Conférence a pris presque 4 ans sans aucun résultat connu. La galère des retraités se poursuit,  

Ne pas comprendre notre détresse  comme nous le percevons actuellement et nos préoccupations va conduire à court terme vers une situation fâcheuse dont l’entière responsabilité sera le fait du Président de la République, qui a réceptionné au palais tous les rapports cités plus haut et ne doit pas laisser cette situation tendre vers un pourrissement du fait de ses propres hommes… de parti sans aucune sanction

La Racine du Mal de l’IPRES, a un nom RACINE SY

Salif N’diaye