Au Sénégal, la majeur partie des filles utilisent des produits pour s’éclaircir la peau. Ce phénomène qui est très à la mode a des conséquences désastreuses. Les chiffres et les ravages des dépigmentations viennent d’être révélés par Aiida.

A LIRE AUSSI : VIDEO. Titi explique son “xessal” : “Aladji bi moma nè…”

Selon Dr Fatimata Ly, présidente de l’association internationale d’information sur la dépigmentation artificielle (Aiida), le taux de khessal au Sénégal, se situe entre 62 et 72%. Ce phénomène qui a des conséquences énormes, provoque aussi la récurrence des maladies comme le diabète, l’hypertension et les cancers chez les femmes, informe la spécialiste. Selon Sud Quotidien, e mal atteint les enfants avec des bébés dont les poids à la naissance sont de plus en plus petits.