02 PHOTOS. Khadim Diop, l’homme aspergĂ© d'essence par son Ă©pouse aux Maristes | Limametti.com

Faits divers News Unes

02 PHOTOS. Khadim Diop, l’homme aspergĂ© d’essence par son Ă©pouse aux Maristes

Khadim Diop
Publié par Ly Bousso

LIMAMETTI.COM – Elle a aspergĂ© son mari d’essence et l’a brĂ»lĂ© vif. Par jalousie maladive. Par erreur. AprĂšs quelques jours Ă  lutter contre la mort, avec des douleurs atroces, le mari est finalement passĂ© de vie Ă  trĂ©pas, a appris IGFM ce mercredi matin. Le corps de Khadim Diop se trouve encore Ă  la morgue de l’HĂŽpital gĂ©nĂ©ral de Grand Yoff (Hoggy). Dans les prochaines heures, il sera lavĂ©, enroulĂ© d’un linceul. Des priĂšres seront dites pour lui. Et il sera conduit dans sa derniĂšre demeure. Au cimetiĂšre. Que Dieu ait pitiĂ© de son Ăąme !

Khadim Diop

Khadim Diop

Khadim Diop

Khadim Diop

Mais ses obsĂšques, la dame AĂŻda MbackĂ©, sa veuve, n’y assistera pas. Elle s’est ouverte grandement les portes de la Maison d’arrĂȘt pour femmes (Maf) de LibertĂ© 6. Et a gravement portĂ© tort Ă  son nouveau-nĂ© (une fille) qui devra la suivre en prison, au moins jusqu’à ce qu’un membre de sa famille puisse le rĂ©cupĂ©rer et les formalitĂ©s soient remplies. Ses deux enfants (le nouveau-nĂ© et son grand-frĂšre), qui ne comprennent encore rien Ă  la vie, sont ainsi prĂ©maturĂ©ment sevrĂ©s d’un pĂšre (dĂ©cĂ©dĂ©) et d’une mĂšre (emprisonnĂ©e). Parce que tout simplement AĂŻda n’a pu contenir ses nerfs et a eu la bĂȘtise de jouer avec le feu. Elle le regrettera toute sa vie !

Les dispositions du Code pénal sénégalais ne lui laissent aucune échappatoire. Elle ira en prison. Et risque les travaux forcés à perpétuité.

L’article 406 du code pĂ©nal sĂ©nĂ©galais est sans Ă©quivoque : «quiconque aura volontairement mis le feu Ă  des Ă©difices, navires, aĂ©ronefs, bateaux, magasins, chantiers, quand ils sont habitĂ©s ou servant Ă  l’habitation, et gĂ©nĂ©ralement aux lieux habitĂ©s ou servant Ă  l’habitation, qu’ils appartiennent ou n’appartiennent pas Ă  l’auteur du crime, sera puni de mort». Qu’en est-il alors de celui qui met le feu sur une personne et sur un lieu d’habitation ? La mĂȘme peine lui sera infligĂ©e.

Mais avec l’abolition de la peine de mort en 2004 suite Ă  un projet de loi dĂ©posĂ© Ă  l’AssemblĂ©e nationale par le gouvernement d’Abdoulaye Wade, l’auteur d’un incendie volontaire risque une condamnation aux travaux forcĂ©s Ă  perpĂ©tuitĂ©. C’est ce que dit la loi. Et elle sera appliquĂ©e dans toute sa rigueur. « Dura lex sed lex » (la loi est dure mais c’est la loi).

Daouda MINE

IGFM

A propos du rédacteur

Ly Bousso

Le web, une passion avant tout.

Laissez un commentaire