Sicap Mbao - Bataille rangée : Avec l'aide d'une femme, ils coincent leur ami et le tuent | Limametti.com

Faits divers Unes

Sicap Mbao – Bataille rang√©e : Avec l’aide d’une femme, ils coincent leur ami et le tuent

Publié par Ly Bousso

Le compagnonnage entre un groupe d’individus adultes, qui vivaient ensemble dans un appartement en location hyper bien équipé, dans la banlieue dakaroise, a tourné au meurtre et complicité de meurtre par arme blanche, à la suite d’une bataille rangée au couteau au parc à viande de Sicap Mbao.

Un jeune homme √Ęg√© d‚Äôune trentaine d‚Äôann√©es a √©t√© pi√©g√©, entra√ģn√© hier nuitamment au parc √† viande de Sicap Mbao, puis abattu sauvagement d‚Äôun coup de couteau √† la cuisse par ses propres amis-voisins d‚Äôappartement, lors d‚Äôune rude bataille rang√©e. L‚Äôexp√©dition punitive meurtri√®re a √©t√© rendue possible gr√Ęce √† la collaboration d‚Äôune femme, qui a servi d‚Äôapp√Ęt aux auteurs du drame contre leur d√©funt vieil ami.

Le mobile du meurtre planifié lié à une affaire de vol de téléphones portables dans leur appartement 

Apr√®s un compagnonnage de longue date, rapportent nos sources, les jeunes gar√ßons d√©cident de prendre un appartement en location dans le quartier. Ils prennent toutefois le soin de bien l‚Äô√©quiper, am√©nagent et continuent de vivre leur vieille amiti√©, dans la paix et la concorde. Mais, au fil du temps, cette belle entente commence cependant √† c√©der la place √† des disputes intempestives, relatives √† des soup√ßons de vol de t√©l√©phones portables dans l‚Äôappartement. Le climat ambiant devient alors d√©l√©t√®re. Les voisins de chambre se chamaillent tout le temps, s‚Äôaccusent mutuellement et se regardent en chiens de fa√Įence. Les deux jeunes gar√ßons, qui se disent souvent victimes de vol de leurs cellulaires dans l‚Äôappartement, soup√ßonnent leur ami, mijotent un plan et le placent dans leur viseur. Ce dernier guette une occasion, d√©robe des t√©l√©phones portables dans la chambre et dispara√ģt dans la nature. Ses voisins d‚Äôappartement constatent la disparition myst√©rieuse de leurs cellulaires et lancent aussit√īt la chasse √† l‚Äôhomme. Ils investissent les coins et recoins des quartiers et mettent √† contribution des gens. Mais sans succ√®s.

Ils lancent vainement la chasse √† l‚Äôhomme, activent leur plan B consistant √† utiliser comme app√Ęt une femme, qui les aide √† coincer leur ami¬†

N‚Äôayant pu d√©busquer leur introuvable et injoignable ami, pr√©sum√© voleur de portables, soutiennent toujours nos informateurs, ils activent leur plan B, s‚Äôattachent les services d‚Äôune dame et lui demandent de les aider √† coincer le jeune gar√ßon. Le r√īle de la jeune femme consiste √† app√Ęter celui-ci et l‚Äôattirer jusqu‚Äôau parc √† viande de Sicap Mbao. Cette derni√®re accepte l‚Äôoffre, entre en action et fixe un rendez-vous galant au suppos√© voleur de t√©l√©phones. Lequel ne se doute de rien, saute sur l‚Äôoccasion et se pointe au lieu indiqu√© pour le Rv. Ses deux voisins d‚Äôappartement d√©barquent en premier et se planquent dans les parages du parc √† viande. Mais, √† la vue de leur ami avec la jeune femme, Ils sortent aussit√īt du bois, se pr√©sentent devant lui et l‚Äôinterpellent sur la destination de leurs portables. Celui-ci se braque, clame son innocence et d√©gage en touche les accusations de vol. Un vif √©change de propos d√©sobligeants survient. Ils continuent de tancer vertement leur ami, le prennent aussit√īt au collet et le taxent de voleur en s√©rie dans l‚Äôappartement. Ils le chargent, le prennent √† d√©faut et le rouent de coups de poing. Ils sortent un couteau, le poignardent avec violence √† la cuisse et l‚Äôabandonnent sur les lieux.

Le présumé voleur de portables décède, suite au sectionnement de l’artère de la cuisse par couteau, les mis en cause gardés à vue 

Le bonhomme hurle de douleur, peine √† se tenir debout et s‚Äô√©croule brusquement au sol. Il se d√©bat dans tous les sens, se vide de son sang et appelle au secours. Mais, avant l‚Äôarriv√©e des sapeurs-pompiers, il succombe √† ses blessures, suite √† une forte h√©morragie externe li√©e √† la luxation ou au sectionnement de la grande art√®re. Les limiers de Sicap Mbao interpellent les deux compagnons et la jeune femme qui a servi d‚Äôapp√Ęt, et les placent en garde √† vue dans le violon. Les deux premiers sont poursuivis pour meurtre par arme blanche (couteau) √† la suite d‚Äôune bataille rang√©e. Tandis que la dame est √©crou√©e pour complicit√© de meurtre. Ils font face depuis hier aux enqu√™teurs.

Vieux Père NDIAYE

Aujourd'hui nous mettons le cap sur l'application mobile LIMAMETTI. Télécharger l'application mobile en cliquant sur l'image :

A propos du rédacteur

Ly Bousso

Le web, une passion avant tout.

Laissez un commentaire