L’ancien latéral de l’équipe nationale, Ousmane Diop est dans de sales draps. Accusé de viol, il a été arrêté puis déféré au parquet, ayant reconnu les faits. C’est ce que rapporte le journal Les échos dans sa livraison de ce samedi. Ledit journal explique que tout est parti d’une plainte que le mis en cause a lui-même déposé à la Brigade spéciale de lutte contre la cybercriminalité le 29 mai dernier pour «menaces et diffamation par message téléphonique», contre un harceleur qui exigeait de le rencontrer sous peine de le traduire en justice.

L’ancien lion de la Teranga explique que dans la nuit du 27 au 28 mai dernier, vers 1 h du matin, il avait rencontré une fille à hauteur de Scat Urbam. Quand il s’est arrêté, la fille qu’il trouvait désemparée lui demanda de l’argent pour son transport. Mais, comme il n’avait pas de sous, il lui proposa de la déposer chez elle. Mais la fille lui rétorqua que ses parents sont absents et qu’elle devait se rendre chez sa grand-mère en ville. L’ancien lion de la teranga propose alors à la fille de de passer la nuit chez un de ses amis qui est allé en voyage en Grèce. Ce qu’elle accepta. Le lendemain il repasse la voir et la dépose à Colobane avant de lui remettre 5000 en guise de cadeau.

Ousmane Diop qui est devenu entraîneur à Dakar Sacré cœur, renseigne que c’est depuis ce jour que les harcèlements ont débuté. Il recevait des messages les uns plus blizzards que les autres dit-il. Et son harceleur s’est même permis de lui faire savoir qu’il allait porter plainte contre lui pour séquestration de sa fille. Ce qui l’a surpris d’autant qu’il jure n’avoir ni séquestré ni entretenu de relations sexuelles avec la fille.

Puis, les limiers de démasquer le supposé harceleur. Ce dernier renseigne qu’il voulait s’expliquer avec l’ancien international de football sur la fugue de sa fille F. Doumbouya, âgée de 17ans. Il dit avoir même signalé sa disparition au commissariat de Grand Yoff et à la Brigade de gendarmerie de foire. Et ce n’est qu’au lendemain soir que sa fille est rentrée à la maison. Cette dernière lui a expliqué qu’elle avait été entraînée dans une chambre par Ousmane Diop qui a abusé d’elle. C’est ainsi qu’il s’est rendu au complexe sportif Dakar Sacré cœur pour voir l’ancien latéral. Mais, le directeur lui dira que M. Diop avait été licencié pour des faits similaires sur une des pensionnaires âgée de 13 ans.

La fille elle, lors de l’interrogatoire, a expliqué qu’Ousmane Diop lui avait plutôt proposé de passer à Skat Urbam, où il devait rencontrer un ami. Sur place, il l’a invité dans une chambre avant de l’y laisser. Il est revenu quelques instants après lui proposer de passer la nuit. Par peur, dit-elle, elle a accepté de rester. Puis celui qu’elle considérait comme son bienfaiteur a commencé à lui faire des avances. Elle indique avoir repoussé les premières avances avant de céder plus tard. Ils ont eu un premier rapport sexuel le même jour, puis, l’ancien latéral est rentré chez lui avant de revenir le lendemain entretenir un second rapport avec elle. La fille précise cependant qu’elle n’était pas à son premier rapport sexuel.

“Sous le feu des questions des limiers, l’ancien lion de la Téranga confirmera finalement les déclarations de la fille, avouant avoir entretenu deux rapports sexuels avec la fille. Il indique que cette dernière lui avait cependant fait croire qu’elle avait 18 ans.”

Les limiers ne s’en sont pas arrêtés là. Ils sont aussi allés questionner le patron de Dsc qui leur a dit que M. Diop ne fait plus partie de ses employés. Car, indique-t-il, que la mère d’une pensionnaire, joueuse de football âgée de 13 ans, se plaignait des agissements de Ousmane Diop qui aurait commis des attouchements sur elle. Là aussi, interrogé par les limiers, l’ancien international de foot a, en partie, reconnu les faits. Il a avoué avoir conduit la fille dans sa chambre à Skat Urbam et échangé avec elles des caresses et embrassades. Mais, il réfute avec avoir entretenu des rapports sexuels avec elle.