Gaston Mbengue n'est plus président du Ndiambour de Louga

Si le promoteur de lutte Gaston Mbengue est sorti libre, hier, des locaux de la Section de recherches de la gendarmerie, l’étau se resserre autour de Cheikh Mbacké Gadiaga et de Moïse Rampino.

Les deux ont été déférés au parquet pour les délits d’association de malfaiteurs, chantage, extorsion de fonds. Le premier est également poursuivi pour diffamation et utilisation frauduleux de données par le biais d’un système informatique. Quant au second, il lui est aussi reproché le délit d’usurpation de fonction.

Cependant, les déférés n’ont pas pu faire face au procureur, car ils ont fait l’objet d’un retour de parquet. Mais avant leur déferrement, ils ont été confrontés à Gaston Mbengue. La confrontation, nous dit-on, a été très houleuse avec des échanges de propos aigres-doux par moments. En effet, dans cette affaire, Cheikh Gadiaga et Moïse Rampino sont accusés d’avoir mis en place un site d’informations pour s’attaquer à des pontes de la République, avant de les faire chanter.

Quant à Gaston Mbengue, il est soupçonné d’avoir, de connivence avec les présumés auteurs de ce chantage, joué les intermédiaires auprès des victimes. Face aux enquêteurs, le promoteur de lutte a nié toute implication dans les agissements des deux suspects. Toutefois, Gaston Mbengue s’est expliqué sur l’argent que le ministre Amadou Bâ a remis à Cheikh Mbacké Gadiaga.

Tout en précisant qu’il ignore le montant, il a indiqué que l’argentier de l’Etat s’était promis d’aider le co-déféré de Rampino dans le cadre de ses projets. Seulement, les deux acolytes ont tenté de l’enfoncer en prenant son contre-pied. Pis, ils ne se sont pas limités là, mais ils ont cherché à se renvoyer la balle en se défaussant l’un sur l’autre.

En effet, Cheikh Mbacké Gadiaga a soutenu qu’il ne sait ni lire ni écrire et donc il lui est incapable d’écrire les articles incriminés. Par conséquent, Rampino en est l’unique auteur. Une accusation battue en touche par ce dernier qui a déclaré aux enquêteurs qu’il écrivait sous la dictée de Cheikh Mbacké Gadiaga. Toujours est-il que malgré leurs tentatives de mouiller Gaston Mbengue, celui-ci a été finalement relâché, même si les enquêteurs lui ont demandé de se mettre à leur disposition.