Grève, demande d'explication, escroquerie... : A. Kairé perd son travail et 6.106.000 FCfa

A. Kairé a été victime de charlatanisme et d’escroquerie après une demande d’explication suite à un mouvement de grève dans son entreprise. O. Ba qu’il avait pris en auto-stop va chambouler sa vie. En plus d’être licencié, ce charlatan lui aurait soutiré 6.106.000 FCfa.

Au volant de son véhicule vers 20 heures, à  hauteur de Rufisque, A. Kairé a aperçu un individu sur la chaussée. Il s’est arrêté pour prendre l’inconnu. En cours  de route, ils ont sympathisé et ont échangé les numéros de téléphone. Ainsi, A. Kairé a conduit O. Ba  jusqu’à sa destination. Le lendemain, O. Ba a  appelé A. Kairé pour le remercier. Lui faisant part qu’il était marabout, le sieur Ba a demandé à son bienfaiteur, A. Kairé, de passer chez lui pour des prières. Un appel qui vient à point nommé car A. Kairé avait reçu une demande d’explication suite à un mouvement de grève dans la société où il travaillait. Au bout de trois bains mystiques, A. Kairé a remis d’importantes sommes allant de 90.000 à 2.000.000 de FCfa, à O. Ba. En moins d’un mois, il aurait versé un montant total de 6.106.000 FCfa à O. Ba.

Employé au Port autonome de Dakar, A. Kairé a soutenu avoir vendu sa voiture et emprunté de l’argent pour obéir aux «ordres » du sieur Ba. Aussi, a-t-il soutenu que le mis en cause qu’il aurait hébergé  dans une maison non loin de chez lui à Khombole, a volé ses deux moquettes de prière, le matelas de sa mère et des ustensiles de cuisine qu’il comptait offrir à sa sœur nouvellement mariée. Il a déposé une plainte à la police et a fait croire à O. Ba qu’il avait  bazardé sa maison à 5 millions de FCfa et que le prévenu devait passer prendre son argent. Le marabout est allé au rendez-vous et a été arrêté par des éléments de la Division des investigations criminelles (Dic).

Attrait devant la barre du Tribunal des flagrants délits de Dakar, hier, O. Ba, cultivateur, né en 1975, a reconnu avoir fait une semaine de détention. Il était partie faire du thé pour un marabout, la police a débarqué et l’a arrêté.

Poursuivi pour charlatanisme, escroquerie et vol, O. Ba a soutenu qu’en le voyant habillé d’un grand boubou en basin et un chapelet à la main, le plaignant a deviné qu’il était un marabout. «C’est ainsi qu’il a sollicité mes prières pour une affaire de vol dont il est accusé. Je lui ai réclamé 400.000 FCfa et 500.000 FCfa pour acheter un bœuf », s’est justifié O. Ba.

Le conseil de la partie civile, Me Baboucar Kane, a réclamé 10 millions de FCfa. N’étant pas convaincu de l’imputabilité du vol, le représentant du Ministère public a requis 2 ans ferme pour charlatanisme et escroquerie. Les conseils de la défense ont rappelé qu’aucun standard ne définit un marabout. Ce que la loi interdit ce sont les actes de magie. «On ne peut pas associer le cartésianisme à des actes mystiques pour juger un homme. Il est temps de réviser nos textes pour les appliquer à nos réalités », a estimé Me Cissé qui a demandé la relaxe de son client au bénéfice du doute.

Le délibéré est fixé au 28 mai.

Le Soleil