Ousmane Sonko s’est encore fait remarquer hier lors de la marche de la plateforme «Aar Li Nu Bokk». Le leader des patriotes a fait une révélation de taille en soutenant que sur les 30% qui restait à Kosmos dans notre gaz, les 20% ont été vendus à la compagnie nationale d’Abu Dhabi.

«Dieureudieuf, Ousmane Sonko Dieureudieuf», ont chantonné les manifestants avant la prise de parole du leader de Pastef. Une manière de remercier l’inspecteur des Impôts et Domaines radié de la fonction publique qui, à l’entame de sa communication, a précisé que la priorité actuellement au Sénégal, ce n’est pas débattre sur la personnalité de celui qui doit être le chef de l’opposition ainsi que les émoluments qui l’accompagnent. Encore moins le débat sur l’Histoire Générale du Sénégal ou l’interdiction du port du voile par l’Institution Sainte Jeanne d’Arc (ISJA).

La priorité du Sénégal, dit-il, ce sont nos ressources naturelles accaparées par un groupuscule d’individus qui sont en train de les hypothéquer depuis l’Indépendance jusqu’à aujourd’hui. A l’en croire, toute cette richesse pourrait résoudre tous les problèmes du Sénégal. Et tant qu’on ne changera pas le système, on ne fera que changer des régimes ; mais même des prophètes ne développeront pas le Sénégal, jure-t-il.

Depuis qu’on a soulevé la question du pétrole et du gaz, souligne le candidat à la présidentielle de 2019, toute sorte de stratégie a été utilisée pour allumer des contre-feux. Il trouve que toutes les polémiques naissantes sont destinées à divertir les Sénégalais et essayer d’essouffler le mouvement. «Mais le mouvement est bien là vivant et debout», se réjouit-il en soutenant que le mal est très profond. «Tout ce que j’ai pu dire jusque-là sur la gestion du pétrole, du gaz, du zircon, du fer, s’il y a une seule contrevérité qu’Allah me châtie. Je jure que tout ce que je dis est vrai. Si ce n’était pas le cas, vous alliez entendre des plaintes dirigées contre moi», confie-t-il. Et de faire une autre révélation qu’il a lue dans un article ce matin (Ndlr : Hier) d’ «African Intelligence» qui dit que sur les 30% qui lui restaient dans notre gaz, Kosmos a vendu les 20% à la compagnie nationale d’Abu Dhabi. Ce qui pousse Ousmane Sonko à déplore que ces investisseurs continuent de spéculer sur le pétrole et le gaz sénégalais au détriment du Sénégal. «On ne sait pas combien le Sénégal a perdu à travers ces spéculations. Et ce qu’on devrait gagner en termes d’impôts, on ne l’aura pas», affirme-t-il avant d’indiquer au même moment, Macky Sall et Cie gagnent des milliards.

Chemise blanche, chapeau assorti d’un pantalon de couleur beige, Ousmane Sonko a parlé également du fer de Falémé qui fait partie du combat d’«Aar Li Nu Bokk». Il estime que le jour de sa conférence de presse sur le fer de Falémé, le gouvernement s’est précipité pour signer la convention concernant le complexe sidérurgique de Diamaniadio. Mais à en croire Ousmane Sonko, le gouvernement n’a pas encore signé pour le fer de Falémé. «Pour le fer, ils ont tout simplement signé le MOU ou protocole d’accord. Et on se demande comment un ministre sénégalais peut signer une telle chose entre le Sénégal et la Turquie.

Pourtant avec le fer de Falémé, on a la possibilité d’avoir une richesse qui fait plus de 80% du Budget du Sénégal», explique-t-il. Compte tenu de tout cela, il exhorte les Sénégalais, jeunes et de toutes les couches sociales à ne pas croiser les bras et à se mobiliser partout sur le territoire national. «Si les Sénégalais se mobilisent massivement, Macky Sall et son frère Aliou ainsi qu’Aly Ngouille Ndiaye sauront que le Sénégal ne leur appartient pas. Ils vont nous rendre notre richesse. A partir de ce moment, nos frères des forces de l’ordre qui, je suis sûr, n’aiment pas ce travail qu’on leur fait faire, comprendront pourquoi nous combattons et ils constateront eux-mêmes les résultats», a-t-il conclu, une manière d’amadouer les forces de Police.

source: sanslimitesn