amadou ba
amadou ba

Aux commandes du cockpit du Conseil des gouverneurs de la Banque d’investissement et de développement de la CEDEAO (BIDC) depuis vendredi dernier, pour un mandat d’un an, le ministre sénégalais de l’Economie, des Finances et du Plan, Amadou Ba, devra s’atteler en urgence à apurer le reliquat de la contribution financière de l’État du Sénégal en en faveur de la BIDC.

Selon des informations exclusives obtenues par Confidentiel Afrique, l’État doit-à la banque communautaire-la bagatelle de 10 milliards de FCFA au titre de la rubrique “contribution des États membres”
Le ministre sénégalais de l’Économie, des Finances et du Plan, le « puissant » Amadou BA, nouveau Président du Conseil des gouverneurs de la Banque d’investissement et de développement de la CEDEAO (BIDC), depuis vendredi dernier, à Dakar, a du pain sur la planche. Selon des informations crédibles obtenues par Confidentiel Afrique, l’argentier Amadou BA, est préoccupé par la dette de l’État du Sénégal au titre de » contribution des États membres de BIDC ».

D’après des sources autorisées parvenues à Confidentiel Afrique, ce lundi 13 août 2018, l’État doit s’acquitter de sa contribution qui s’élève à 10 milliards de FCFA. La BIDC court depuis trois années derrière l’État du Sénégal. Sans succès. Selon des indiscrétions, le tout nouveau Président du Conseil des gouverneurs de la BIDC, Amadou BA, a fait de ce dossier une des priorités de son mandat.

L’argentier sénégalais, le mieux informé de l’univers financier du pays, était déjà au parfum de cette dette. À l’évidence, nous a révélé une source officielle, le ministre sénégalais des Finances, a donné l’assurance au Président de la BIDC, que l’apurement de la dette au titre de contribution de l’État, estimée à 10 milliards de FCFA, sera effectif dans un délai très proche. Une bouffée d’oxygène dans les caisses de la BIDC.

Selon nos informations, l’État ivoirien, doit aussi quelque 6 milliards de FCFA sur une contribution déjà mobilisée de 22 milliards de FCFA.

Le ministre Amadou BA prend le gouvernail du Conseil des gouverneurs de la BIDC, dans un contexte d’embellie financière, avec à la clé un résultat positif de 3,5 millions d’unités de compte (soit 4,91 millions de dollars). Son mandat d’une durée d’un an va sans doute se traduire en actes forts et concrets afin dimpacter positivement sur la finance communautaire, a rassuré un officiel.