L'avocat de Dieyna Baldé :

Le faux bond du patron de l’Iseg à la Brigade des mœurs, suscite le débat. L’avocat de la jeune chanteuse, Me Ciré Clédor Ly s’est prononcé sur cette affaire.

A LIRE AUSSI : Affaire directeur de l’ISEG et Dieyna : Abiba s’en mêle et porte plainte

Me Ciré Clédor Ly défendra Dieynaba Baldé connue sous le pseudonyme d’artiste « Dieyna », dans le différend qui l’oppose à Mamadou Diop de l’Iseg. La jeune chanteuse aura comme conseil l’avocat spécialisé dans le contentieux pénal, qui vient de s’installer dans le dossier, pour «encadrer», dit-il, l’auteur de «Baabam» dans une présumée affaire de mœurs.

Reste à savoir quel pourrait être l’impact de sa constitution. Parviendra-t-il à établir les accusations de la fille de « Sen Petit Gallé » contre son « producteur » ? Ce dernier est sous le coup d’une plainte pour abus $*xu*l sur mineure ayant occasionné une grossesse.

C’est l’artiste originaire du Kolda qui a intenté une procédure devant la Brigade des mœurs de la Sûreté urbaine de Dakar. Et, le Commissaire Bara Sankaré entendait recevoir aujourd’hui, selon Me Ly, dans les locaux de la Brigade des mœurs, le directeur de l’Iseg pour les besoins d’une audition. Mais, le patron du label « Gamboul Inc » a fait faux bond, alors que la police s’est beaucoup démenée pour organiser une rencontre avec la plaignante, auteur de la chanson « Baabam ».

A LIRE AUSSI : Affaire Dieyna / Dg Iseg – Infidélité, “niarel”, “ndiallo”, Wally Seck… : M. Diop donne une version surprenante

Le faux bond du patron de l’Iseg suscite des interrogations sur le traitement qui lui est réservé. « Peut-être qu’il a refusé de déférer à la convocation pour éventuellement éviter une garde à vue. Si c’est le cas, cela ressemble à une manière de narguer les enquêteurs », estime l’avocat de la jeune artiste.

Peu d’indiscrétions ont circulé sur l’ « indisponibilité » de « Diop Iseg », qui est resté injoignable. Mais, Me Ciré Clédor que nous avons joint par téléphone affirme qu’ « il s’agit bel et bien d’un flagrant délit ». « Et par conséquent, un privilège ne peut prospérer. Ce sont des faits suffisamment graves pour qu’il y ait une célérité dans le traitement », estime-t-il.

Dakaractu