LIMAMETTI.COM – Le torchon brûle au sein de la magistrature sénégalaise. Et c’est le Premier président de la Cour d’appel de Kaolack qui est mis au-devant de la scène.

Cette fois ce n’est pas pour sa démission en catimini de l’Union des magistrats mais de lourdes accusations pèsent contre sa personne. Il est accusé par l’un de ses collègues en l’occurrence le juge Yaya Amadou Dia. Ce dernier l’accuse d’avoir libéré des criminels dont un qui aurait dû passer le restant de sa vie derrière les barreaux.

Joint au téléphone pour avoir sa version des faits, le magistrat Ousmane Kane reconnait qu’il a des bisbilles avec son collègue Yaya Amadou Dia avant de demander au ministère de justice de réagir. « Je sais qu’il y a un contentieux qui est entre les mains du ministre. Je sais qu’il m’avait accusé pour pleins de choses. J’attends que le ministère règle ce problème. Si le ministre ne le règle pas je prendrai mes responsabilités », a-t-il expliqué au bout du fil. Mais, il n’a pas dit de manière concrète ce qu’il compte faire. « On n’en est pas encore là. Il faut que quelqu’un puisse l’arrêter. Il a parlé de dossiers précis. Il veut encore nuire. Comme il l’a déjà fait. Je ne suis pas sa première victime. Je crois que c’est la troisième fois qu’il le fait », ajoute-t-il.

Auparavant, il s’est prononcé sur sa lettre de démission. Et c’est pour dire qu’il n’a pas voulu faire dans la polémique. « Ce n’est pas de la polémique. C’est une position d’un magistrat par rapport à ses collègues. C’est vrai que ce qui aurait dû être un courrier interne a été médiatisé. Je ne sais pas qui a médiatisé. Je n’en suis pas l’auteur. Depuis, les gens ne parlent que de ça. Je voudrais dire à mes collègues que je n’ai jamais voulu médiatiser cela. C’est un courrier interne. Les collègues restent des collègues. Dans le cadre du travail rien ne changera. Nous serons des frères », dit-il.