Le ministre sénégalais des Finances et du Budget, Abdoulaye Daouda Diallo, a procédé ce jeudi au lancement de la réforme du code des investissements en présence des représentants du secteur privé et d’autres parties prenantes.

Cette réforme fait partie des actions phares du Plan d’actions prioritaires ajusté et accéléré (PAP2A) qui constitue le programme de relance de l’économie sénégalaise pour atteindre les objectifs du Plan Sénégal Emergent à l’horizon 2023. Ce plan retient 16 chantiers de réforme pour assainir l’environnement des affaires et impulser davantage les investissements privés afin d’atteindre rapidement la souveraineté alimentaire et sanitaire. La réforme du code des investissements fait partie de ces chantiers de réforme à finaliser dans le courant de la période 2021-2022.

L’objectif de cette réforme, selon le ministre, est de doter le Sénégal d’un nouveau code des investissements par des formalités simplifiées au profit de l’investisseur afin de faire progresser le niveau et l’impact des

investissements privés dans le pays. L’une des actions concrètes à mettre en œuvre dans le cadre de cette
réforme consistera à accompagner l’investisseur par la simplification des formalités administratives d’exonérations fiscales et douanières à travers le projet de maturation digitale des administrations prévue dans le document de Stratégie de Recettes à moyen terme (SRMT).

Pour rappel, l’actuel Code des investissements date de 2004, même si des évolutions ont été apportées par différentes modifications à travers le Code général des impôts et l’adoption de dispositifs spécifiques. ” Près de 20 ans après, il est arrivé le moment de faire évoluer notre paquet incitatif pour, d’une part, l’adapter à nos besoins actuels d’émergence et de souveraineté et, d’autre part, disposer d’un outil de référence pour la
génération d’investissements productifs capables d’assoir un ” Made In Sénégal ” compétitif et générateur de valeur ajoutée et d’emplois “, a soutenu le Ministre des Finances et du Budget.