Excellence, Monsieur le Président Vladimir Poutine,

Excellence, Monsieur le Président Abdel Fattah Al Sisi,

Chers collègues,

Mesdames, Messieurs les Chefs de délégations,

Je voudrais, saluer et remercier notre hôte, le Président Vladimir Poutine, pour son aimable invitation et l’accueil chaleureux qu’il nous offre dans la belle cité balnéaire de Sotchi.

A lire aussi : Sommet Russie-Afrique: les images de l’arrivée de Macky Sall à Sotchi

Ce Sommet est une première dans les relations russo-africaines. Il marque notre volonté commune de resserrer et d’inscrire nos liens historiques dans un cadre formel de collaboration politique et économique mutuellement bénéfique.

C’est tout un symbole que notre premier Sommet se tienne le 24 octobre, Journée des Nations Unies, comme pour exprimer notre attachement commun au multilatéralisme.

Les relations russo-africaines sont anciennes et inscrites dans la continuité. Il est heureux que nous les traduisions, en un partenariat organisé et suivi, dans les domaines politique, sécuritaire, économique, de la science et de la technologie.

En venant à Sotchi, nous réaffirmons la ferme volonté de notre continent de coopérer avec tous les partenaires, sans exclusion ni exclusivité, dans un esprit de collaboration amicale.

Avec plus de 30 millions de Km2, plus d’un milliard d’habitants, et ses importantes ressources naturelles, l’Afrique est une terre d’immenses opportunités qui s’inscrit depuis quelques années dans une véritable dynamique d’émergence.

Lire aussi Abdou Mbow : “Sory Kaba n’a pas été limogé pour sa déclaration de dimanche”
Pour renforcer cette dynamique, il nous faut construire plus d’infrastructures routières, autoroutières, ferroviaires, énergétiques, technologiques et industrielles.

A lire aussi : 3e mandat de Macky: le juge Dème appelle les sénégalais à la mobilisation

C’est ce qui transformera l’Afrique en un continent interconnecté, pleinement intégré à l’économie mondiale et moderne.

La Russie, par son savoir-faire technologique, avec ses compagnies publiques et privées, associées à des partenaires africains, peut grandement contribuer à la réalisation du projet d’émergence de l’Afrique grâce à des instruments de financement adéquats, surtout dans la nouvelle perspective de Zone de Libre Echange Continentale africaine.

En ma qualité de Président du Comité d’Orientation du NEPAD, je voudrais rappeler que conformément à l’Agenda de Dakar pour l’Action, adopté au Sommet de Dakar en juin 2014, notre continent dispose, d’un Programme de Développement des Infrastructures en Afrique, le PIDA.

Ce cadre stratégique contient les projets d’infrastructures prioritaires incluant toutes les régions du continent.

Je propose donc que le mécanisme de suivi de la mise en œuvre de la Déclaration de notre Sommet considère le PIDA comme une des priorités du programme de coopération Russie-Afrique.