LIMAMETTI.COM – La situation s’aggrave dans une indifférence totale. Alors que plus de 10000 cas ont été confirmés au nouveau coronavirus, les populations défient les mesures restrictives édictées pour endiguer la propagation de la maladie.

L’État de son côté opte pour une «prise de conscience des populations» sans veiller à l’application d’aucune mesure contraignante.

Des observations qui ont conduit le Pr Cheikh Mbacké Lô, a déclaré que «nous allons vers des lendemains incertains». C’est dans ce même spectre d’analyse que le directeur des laboratoires au niveau du ministère de la santé, Pr Amadou Moctar Guèye, a désapprouvé cette tactique assez passive de l’État,rapporte SudQuotidien.

Le durcissement des mesures

Comme ce dernier, c’est autour du directeur de la prévention, porte-parole du ministère de la santé, Dr El hadj Ndiaye de réfuter cette thèse articulée autour d’une «prise de conscience populaire» soutenue par Diouf Sarr, en optant pour « le durcissement des mesures contraignantes pour le respect des gestes barrières édictées par le ministère de la santé ».

L’application de la Loi

«Le grand problème, c’est justement au niveau de l’adhésion de la population, parce que si cette maladie contagieuse progresse, c’est tout simplement parce qu’il n’y a pas l’adhésion de la population», a d’emblée reconnu le Pr Lô.

L’Expert en santé publique de soutenir : « La loi est là. Le port du masque doit être obligatoire dans les lieux publics…

avec senego