couple
couple

Les accusations du rapport de «Human rights watch» sur les enseignants qui abusent de leurs élèves se confirment. Hier, le professeur de mathématiques au lycée Kennedy, Doudou Diakhaté a été attrait devant la barre par une fille qui se trouve être son élève. Il est poursuivi pour «viol sur une personne ayant autorité sur une mineure de 17 ans, enregistrement d’image pornographique et corruption de mineure». Pour ces faits, il risque 5 ans de prison ferme. Cette affaire sera vidée le 23 novembre prochain.

Pour montrer que la thèse du harcèlement est fausse, Me Ousseynou Ngom est revenu sur les Sms que partageaient Doudou et sa cliente. Il a rappelé que M.T a envoyé une photo à moitié nue à son copain et ce dernier lui a répondu : « Tu veux me tuer» et la fille de rétorquer: «la prochaine vidéo est plus pimentée». L’enseignant de lui répondre: «Je veux voir ton cul de face, je prépare une ambulance au cas où il y aura une attaque cardiaque ».

Ainsi, Me Ngom demandé au prévenu si ces propos ressemblent à du harcèlement. Prenant la parole, la fille aux formes généreuses avoue avoir dragué son professeur. «C’est au mois de mars 2018 que j’ai avoué au directeur que je suis amoureuse de lui. Par la suite, après deux semaines, il m’a convoqué dans son bureau. Sur les lieux, il m’a remis 2 000 francs et m’a demandé de lui rendre visite chez lui vers les coups de 18 heures. J’ai suivi ses instructions. Arrivée chez lui, il m’a demandé d’entretenir des relations sexuelles avec lui. Au début, j’étais réticente, mais par la suite j’étais consentante. C’est delà qu’a débuté notre relation amoureuse. On a eu des ébats sexuels à deux reprises», dit-elle avec une belle diction. Mieux, la victime révèle que le directeur de son école lui a promis le mariage. « J’ai enregistré par audio nos ébats sexuels car il détenait mes photos et vidéos à moitié nue», explique-t-elle.

LE TEMOIN ENFONCE LA VICTIME

Interrogée, le témoin Diariétou Faye explique que sa copine M.T lui a confié avoir entretenu des rapports sexuels avec Diakhaté. « Il m’a aussi dit qu’elle a entretenu des relations intimes avec deux élèves de l’école», témoigne-t-elle. De l’avis de l’avocat de la partie civile, il y a la récurrence des abus sexuels perpétrés dans les établissements. « Ma cliente a déclaré que le prévenu a une cicatrice de naissance au niveau de l’aine. Et, les enquêteurs ont confirmé ses dires. Ce qui justifie bel et bien que les tourtereaux ont eu une relation intime», dit la robe noire qui réclame le franc symbolique. Dans son réquisitoire, le parquet a requis 5 ans de prison ferme. La défense quant à elle, a plaidé la relaxe à des fins de la poursuite sans peine ni dépens.