}
Accueil News Macky-Parrain des faussaires : Un Bougha cache un MECky ! (Par Adama Gaye)
Macky-Parrain des faussaires : Un Bougha cache un MECky ! (Par Adama Gaye)

Macky-Parrain des faussaires : Un Bougha cache un MECky ! (Par Adama Gaye)

Le journaliste Adama Gaye tacle encore

pour Fatima Diallo

Depuis hier, des tombereaux de quolibets ont rendu Seydina Fall, alias Boughazelli, l’homme le plus chahute du Sénégal de ces dernières 24 heures.

C’est…injuste. Celui qui mérite d’être au piquet, a sa place, n’est autre que Macky Sall, qui l’a promu de son anonymat de simple acteur dans les jeux ludiques de quartier pour en faire une figure nationale, désormais au cœur du débat sur la mal-gouvernance du Sénégal.

Qui a sorti Bougha des griffes de la sécurité et de la justice ? Ses aveux, filmes et vus de tous, hier, ne lui offraient aucune chance d’échapper a son sort carcéral.

Qui a exige sa libération? Qui lui a donne le culot de revenir, par la bande, et, sans sourciller, nous narguer en nous disant que Macky Sall serait le candidat de l’Apr, en 2024. Contre toute logique. Frauduleusement, bien sur!

Les régimes politiques génèrent les avatars qui leur ressemblent: Farba Ngom, Oumar Youm, Aliou Sall, Mamour Diallo, Mame Mbaye Niang, Ibrahima Agetodjeh, Mansournois Faye, Matar Ba, Boughazelli, Milouche Sall et autres calamites humaines ne pouvaient pousser, comme champignons en hivernage, que dans un écosystème portant la griffe de Macky Sall.

Sous Senghor, même faire une faute minime de Français pouvait couter son poste a l’auteur.

Sous Diouf, l’administration était une réalité infrangible.

Sous Wade, les pantins savaient les limites de leur zoo.

Macky Sall, lui, a son image, a fait sauter toutes les barrières, en commençant par la décence.

Tout va a vau-l’eau: l’Etat par terre, la criminalité financière étendue a perte de vue, la démocratie transformée en torchon, la sécurité, privatisée, la justice, une milice judiciaire privée; bref tout y est permis en suivant les règles d’une anomie qui servent ses complots.

Les trafiquants de drogue, comme ces 2 Allemands libères il y a deux ans par Malick Sall connaissent l’élément de langage qui marche: “naniouko gerer fii”.

Boughazelli n’est donc que l’incarnation d’une chienlit dont les manifestations a venir feraient tomber toutes les Républiques du monde, réunies.

C’est Macky Sall, son géniteur institutionnel, qui est le vrai coupable.

Nul autre que lui ne doit faire l’objet de l’ire et de la dérision des Sénégalais. Boughazelli n’étant que l’instrument du destin pour démasquer le Pablo Escobar qui a fini de tuer tout espoir dans ce pays pour en faire un Etat voyou, narcotique, faussaire, fraudeur, failli, pris d’abord a la gorge par une pauvreté meurtrière au milieu d’un mépris de tous les droits constitutionnels.

Boughazelli, oui yakhou nga, mais ne lâche pas Macky: sans lui, tu vivrais encore de ton art de faux lion. C’est lui qui t’a donne l’idée de passer a la vitesse supérieure. Il est vrai qu’il est le Khalife General Koulou Todjeman (Kgkt), muni de son sceptre de Boucher, d’assassin.

Entre gredins, vous devez vous parler. On vous filme, nak ! Les films Macky feront plus de degats. Le Bougha-Show d’hier n’en était qu’un pitoyable lancement. L’univers du KGKT s’effondre, techtonise !

Ps: Sous Senghor, quand la rigueur était encore rigoureuse, aucun des surnoms farfelus qui peuple la MackySphere, tels Bougazelli, Angloma, n’auraient ose se rapprocher des centres de décisions. Mais l’homo-Sandrinecus, lui, c’est le père du yataayoumbe, sur fond de délits continus…

Par Adama Gaye

Dans ma meme carégorie