LIMAMETTI.COM – Il fut diplômé du prestigieux centre de formation judiciaire (CFJ) d’où sont formés les magistrats et les greffiers, mais sa carrière fut jonchée de scandales à répétition. Le malicieux greffier s’était livré à des pratiques malsaines et pas orthodoxes qui ont plombé et écourté sa jeune carrière de greffier. Il pouvait pourtant travailler honnêtement et évoluer vers le statut de “greffier en chef” puis de magistrat comme certains l’ont fait.

Peut-être que beaucoup l’ignorent, mais nombreux sont nos magistrats nationalement connus aujourd’hui qui sont d’abord passés par le métier d’enseignant ou de professeur fonctionnaire avant de réussir le concours des greffiers qui les a mené plus tard aux fonctions de magistrats par le concours professionnel. Le Juge Hamidou Dème, symbole de la résistance face au régime Benno de Macky est un exemple parfait. Le magistrat Souleymane Teliko, président de l’Union des magistrats du Sénégal (UMS) est aussi un exemple.

Qu’est devenu Madiambal Diagne?

Le greffier raté ou greffier pressé de s’enrichir a finalement été exclu du corps avant de se reconvertir dans le journalisme.
Il a certainement gardé et nourrit une haine viscérale pour les représentants de l’État et l’État (entité anonyme pourtant). Il a débuté sa carrière de journaliste par une liberté de ton de plus en plus toxique vis-à-vis des politiques d’alors, mais c’est avec le régime libéral qu’il va se faire connaître avec ses nombreux articles accusateurs qui lui ont parfois coûté sa liberté et lui ont créé des ennuies judiciaires. Dès fois, ce sont des demandes de clémence qui l’ont sorti de trou car reconnu comme coupable.
On se souvient des articles sur les supposés cas de corruption à la Compagnie sucrière sénégalaise, à la douane sénégalaise alors dirigée par Boubacar Camara. Des cas où Madiambal fut reconnu coupable de diffamation, diffusion de fausses nouvelles et atteinte à la sécurité publique.

On se souvient de son fameux article «Les magistrats, ces bons juges dont Wade ne veut pas? ».
Il est aujourd’hui totalement méconnaissable après 2012. Il s’est volontairement mué en journaliste partisan du régime Benno, se faisant passer sans vergogne pour ce SERGE ALIMI a appelé «les nouveaux chiens de garde» en allusion aux journalistes alimentaires et partisans qui montent au créneau pour défendre le régime ou les grands groupes industriels complices des hommes de pouvoir.
Madiambal ne se gêne jamais d’attaquer frontalement les opposants ou même ses collègues journalistes à la télé ou par l’intermédiaire de son journal LE QUOTIDIEN. Il s’attaque aussi aux figures de la société civile qu’il qualifie de pourfendeurs du régime actuel.
Madiambal Diagne, ancien greffier qui se faisait passer pour un magistrat afin d’escroquer, arnaquer les justiciables et chanter sexuellement les filles et femmes en situation judiciaire fragile. Il a été condamné pour faux usage de faux et usurpation de fonction puis radié de la fonction publique. Il s’est reconverti en journaliste sans avoir au préalable travailler dans une maison de presse.

Voilà l’homme noir au crâne noir sans cheveux qui bavarde à longueur de soirée à la TFM (sa télé préférée) qui lui offre ce privilège et lui sert de tribune d’expression audiovisuelle.
Ne vous attardez pas sur lui et sensibilisez les autres qui n’ont pas une si grande culture politique et une bonne connaissance de presse sénégalaise.
Merci d’avance chers amis.

#Soûl_Gaz_douko_téré_Xegn
Ansou Sambou Pressbi