Le ministre chef de cabinet du président de la République, Mame Mbaye Niang a été l’invité du Grand Jury. Sur les ondes de la Rfm, il a abordé le scandale du Prodac (Programme national des domaines agricoles). Ministre de la Jeunesse au moment des faits, il s’est de nouveau justifié. Io persiste encore à dénoncer un complot contre sa personne.

«Dans l’affaire Prodac, il y a eu une volonté manifeste de nuire une personne. C’est dommage. Je n’ai jamais entendu une personnalité qui maîtrise le fonctionnement de l’État dire qu’il y a eu de détournement. Ça ne peut pas se faire. Et quelqu’un de sérieux ne peut pas soutenir de telles allégations», a martelé Mame Mbaye Niang sur le plateau de l’émission Grand Jury de la Rfm.

Lire aussi l’article : Emplois fictifs : un autre scandale secoue le Prodac

Si vous décidez de vociférer ou de diffamer les gens, ces choses-là, on les règle au tribunal”, menace-t-il. Il se dédouane : «Je n’ai jamais assuré les fonctions de coordonnateur du Prodac, c’est-a-dire je n’ai jamais été ordonnateur de dépenses du Prodac. Le contrat a été signé par le CRD qui est au dessus de l’Armp et au sein duquel il y a des juges autonomes et un professeur de droit”. Et Mame Mbaye Niang de conclure : «On devrait arrêter. L’argent du Prodac n’était pas sous ma tutelle. Le Crd, le ministre des Finances, la DCMP, l’Armp étaient tous d’accord sur l’attribution du marché à Green 2000. Il n’y a pas de contrat de gré à gré. Le temps m’a donné raison et les réalisations me donneront raison».