Au tribunal de grande instance de Mbour, le jeune Y. Mbodj a failli être inculpé. N. C. Diouf a accusé ce dernier de vi0l. Le cas a fini au tribunal où une autre version est sortie. En effet, la maman de l‘adolescente, après avoir constaté la grossesse de sa fille, a informé Y. Mbodj qui était en réalité son petit ami. Refusant d’assumer, la dame l’accuse d’avoir vi0lé sa fille.

Une fois au tribunal, sa version était très ambiguë, ce qui pousse le juge à enchaîner les questions jusqu’à ce que la vérité soit découverte. « Nous sommes sortis cinq mois. Nous avons entretenu deux fois des rapports $*xu*ls chez un de mes amis. Le 22 octobre, sa mère m’a appelé pour me dire que sa fille était enceinte », raconte le jeune prévenu. 

A LIRE AUSSI : Après avoir violemment blessée sa coépouse, Salimata Diaw obtient une réduction de peine

Son avocat, Me Ayi, a réussi tout de même à réduire la peine réquisitionnée par le procureur qui était de 3 mois de prison ferme de prison avec deux mois avec sursis. « Ils ont tort de croquer le fruit défendu. Ils ont été mis à nu. Il n’y a pas eu de contraintes, ni de vi0lences. Faites preuve d’humanisme. Il est élève, il doit continuer ses études », a plaidé l’avocat pour son jeune client.