C’est le sauve-qui-peut dans les rangs de la « cyber-armée » d’Ousmane Sonko dont la mission est de déverser des insanités sur tous ceux qui ont l’outrecuidance de ne pas s’aligner sur les positions de leur leader.

Depuis quelques jours, les « cyber-soldats » du PASTEF se font moins arrogants pour certains quand d’autres tentent d’effacer les preuves de leurs incartades sur la toile.

Peine perdue ! Internet n’efface jamais rien. Les professionnels de la cyber-patrouille peuvent facilement remonter vers un internaute même caché derrière un pseudonyme. Les plaintes étayées de captures d’écran contre les « cyber-insulteurs’ de Sonko feront le reste.