Etudiante et petit ami faux policer au tribunal
Etudiante et petit ami faux policer au tribunal

LIMAMETTI.COM – Une étudiante et son petit ami faux policier ont comparu à la barre du tribunal des flagrants délits pour extorsion de fonds et usurpation de fonction. Ils sont condamnés à 6 mois de prisons assortis du sursis.

Âgée de 24 ans, l’étudiante M. Gueye a eu une partie de jambes en l’air avec un certain Ndiaye qui devait lui remettre 20 000 francs Cfa après l’acte; ce qu’il n’a pas fait. Pour recevoir ce montant, elle fait appel à son petit ami Mbengue qui se fera passer pour un policier afin de pousser Ndiaye à payer.

M. Gueye qui aurait confisqué la carte nationale d’identité du gars, aurait réclamer la somme de 25 000 francs Cfa en le menaçant de le faire emprisonner. Son petit ami faux policier décide de rentre en contact avec le sieur Ndiaye pour qu’il paye les 25 000 francs Cfa « Lorsque Mbengue m’a contacté, il m’a dit qu’il est un policier en service au Commissariat des Parcelles assainies et qu’on l’appelle « King ».

C’est ainsi qu’il m’a dit que ma carte d’identité était avec lui et que si je ne donnais pas 25 mille francs à M. Guèye, il allait m’emprisonner », raconte le sieur Ndiaye. Avant de continuer : « sous le coup de la peur, je lui ai fait savoir que je n’avais avec moi que 20 mille francs. Lorsqu’on est tombé d’accord sur cette somme, j’ai envoyé l’argent directement sur le numéro de M. Guèye. Aussitôt, son petit ami m’a fixé un rendez-vous au Commissariat pour récupérer ma pièce d’identité. C’est une fois là-bas que j’ai découvert qu’ils m’avaient dupé. Je n’avais rien promis à M. Guèye au moment de coucher avec elle ».

Une fois devant la barre, la prévenue a fondu en larmes expliquant qu’elle devait avoir cette somme en urgence pour acheter ses livres. « C’est une amie du nom d’Aicha qui m’avait mise en rapport avec L. Ndiaye. Avant de le rejoindre à Sacré-Cœur, il m’avait promis de m’offrir 25 mille francs pour que je puisse acheter des livres parce que je préparais le concours de l’ENA. C’est pour cette raison que j’avais confisqué sa carte d’identité », dit-elle.

Quant aux faux policier, il donne sa version en disant : « je ne savais même pas ce qui opposait réellement la partie civile à ma petite amie. C’est cette dernière qui m’a demandé de me faire passer pour un policier et j’ai agi sans réfléchir. Je n’ai rien gagné sur les 20 mille francs ».

Malgré ses explications, le maître des poursuites a requis l’application de la loi. La défense a sollicité une application extrêmement bienveillante de loi. Pour Me Ousmane Thiam, sa cliente a compris, avec ses quelques jours de prison, qu’elle ne devait pas gâcher sa réputation pour la modique somme de 20 mille francs.

« Elle est étudiante, elle n’avait qu’à demander de l’argent à ses parents. Comme elle n’a jamais eu maille à partir avec la justice, je vous demande, Monsieur le juge, de faire preuve de compréhension à son endroit et d’être indulgent avec elle », a dit la robe noire.

En rendant sa décision, le tribunal a condamné les prévenus à six mois assortis du sursis.