}
Accueil Entrepreneur PHOTOS. IMPACK : Youssou Ndour présente sa nouvelle entreprise qui a couté...

PHOTOS. IMPACK : Youssou Ndour présente sa nouvelle entreprise qui a couté 15 milliards

0
579
PHOTOS. IMPACK : Youssou Ndour présente sa nouvelle entreprise qui a couté 15 milliards

LIMAMETTI.COM – Youssou Ndour continue d’investir dans son pays. Après la création du Groupe Futurs Médias (GFM), l’auteur-compositeur, interprète, musicien sénégalais revient avec une nouvelle entreprise à Diamniado. Il s’agit d’une structure d’imprimerie du nom de IMPACK.

Le Président du conseil d’administration du Groupe futurs médias (Gfm) et ses collaborateurs directs, ont visité, ce mardi, les locaux de l’imprimerie Impack. Un nouveau-né du groupe qui a couté 15 milliards de francs Cfa. La mise en place de l’usine a été financée via un prêt d’EximBank (12 milliards) complété par les fonds propres de Gfm.

A LIRE AUSSI : L’APR salue le programme d’urgence pour l’insertion et l’emploi des jeunes

«Je l’ai mis en place dans le cadre de la diversification. Nous sommes dans un contexte où il faut diversifier pour solidifier l’emploi et apporter la confiance aux travailleurs. Car plusieurs choses ont perturbé le travail de la presse ces derniers temps. Mais, Dieu merci, Birane a eu l’idée lumineuse de mettre en place un tel projet, de concert avec d’autres intervenants», a-t-il expliqué.

Quant à l’outil de travail, il fait partie des plus performants de la sous-région, «en termes de robustesse, de performances et autres.» Les machines peuvent tourner 24 heures sur 24 heures.

La mise en place de ce projet coïncide avec une période où la question de l’emploi est au centre des débats. Et à ce propos, Youssou Ndour  de préciser: «Nous, nous parlons peu et travaillons plus. Nous préférons poser des actes concrets. Le Groupe Futurs médias s’est inscrit dans une démarche solide », a indiqué Youssou Ndour.

Il a annoncé que ce projet marque l’entrée du groupe dans le secteur industriel. Et malgré le retard qui a eu lieu dans le démarrage du projet, «le personnel était sur place et payé, même si le travail n’avait pas démarré». Il a tenu à les remercier pour leur confiance: «Ce sont des professionnels dont le savoir-faire est recherché au Sénégal et en Afrique.»