LIMAMETTI.COM – Il était un trait d’union entre le spirituel et le temporel, la tradition et la modernité. Point de frontière pour Serigne Atou Diagne qui a détruit les clivages !

Très ancré dans la culture mouride, très ouvert dans le monde extérieur. Le responsable morale du Hizbout Tarqiyyah s’est enrichi de beaucoup de courants de pensée. Pour lui, la science n’a pas de frontières. Il l’incarnait par son habillement.

Derrière son boubou traditionnel, l’identité du Hizbut Tarqiyya. Derrière ses lunettes qu’il avait l’habitude de porter, se cache un intellectuel qui a pris l’escalier scolaire jusqu’à atteindre l’université Cheikh Anta Diop de Dakar. Le français, une culture. Mais sa culture, c’est le mouridisme !

Il emprunte alors un seul chemin. Celui tracé par le guide religieux Cheikh Ahmadou Bamba. Un choix s’impose. Serigne Atou Diagne n’hésite point.

Licence et maîtrise de géographie en poche, il ferme ce livre pour en ouvrir d’autres : les khassidas de Serigne Touba. En janvier 1976, dans la capitale sénégalaise, Serigne Atou Diagne pose les fondements d’une organisation qui va impulser une dynamique à la confrérie mouride : le Hizbut Tarqiyyah.

Le travailleur est discret, le serviteur de Dieu ne rechigne pas à la tâche. Depuis des années, cette organisation se distille partout au Sénégal et inaugure un modèle d’éducation qui accorde une place de choix aux enseignements de Cheikh Ahmadou Bamba. Né en 1951, le talibé mouride a disparu en 2021. À 70 ans !