LIMAMETTI.COM – Aly Ndao a été condamné par le tribunal des flagrants délits de Dakar pour une affaire de mœurs.

Suite à une nuitée de sexe tarifée à 40 mille FCfa avec A. Diop, une mineure, il l’a filmé toute nue après des ébats sexuels.

Par la suite, il la fait chanter pour l’obliger à entretenir des rapports sexuels avec lui.

Le jeune Aly Ndao a comparu, ce jeudi, devant le tribunal des flagrants délits de Dakar. Le prévenu est poursuivi de collecte et menace de diffusion d’images à caractère pornographique, chantage, proxénétisme et détournement de mineure. Après avoir entretenu des rapports sexuels avec A. Diop, une fille âgée de 17 ans à qui il a payé la somme de 40 mille, il a profité du moment où cette dernière s’est endormie, toute nue, dans le bras d’Aly, pour la filmer. Pire, il l’a fait chanter pour des rapports sexuels. Des faits que le prévenu a reconnu à la barre. Et il s’en est tiré avec une peine de 2 ans dont 10 jours ferme.

La fille était une sans abri durant 4 mois

Ayant des indifférents avec sa mère, A. Diop a décidé de quitter son domicile. Native de Kaolack, la fille a eu l’idée de rejoindre la capitale sénégalaise pour trouver un petit boulot afin de prendre en charge ses besoins. Une fois à Dakar, elle est confrontée à un problème de logement. Car elle ne connait personne dans cette vielle.

Elle est devenue une sans abri et a dormi dans la rue pendant 4 mois jusqu’au du 22 juillet dernier. Où elle a fait la connaissance d’un nommé Junior à qui, il a exposé sa situation. Elle a sollicité son aide, demandant un hébergement. Junior a passé un coup de fil à son ami Aly Ndao. Il lui a parlé de la vie sombre de A. Diop. Ensuite, il a envoyé le numéro de la fille à son camarade, promettant que Aly va lui trouver un logement. Quelques heures plus tard, Aly Ndao a contacté A. Diop. Il demande à la fille de venir à son domicile, sis à Grand Mbao. Au bout du fil, Aly lui a proposé une partie de jambes en l’air tarifée.

La fille lui a demandé 40 mille FCfa, espérant trouver une piaule avec la somme. Aly Ndao a accepté pour la nuitée. Rapidement, A. Diop est alliée à la rencontre du jeune homme. Une fois chez lui, elle a passé de bons moments, ponctués de rapports sexuels avec Aly. Après deux coups, la fille s’est sentie épuisée et finira par s’endormir sans se couvrir le corps. Son partenaire l’a filmé toute nue. Et, quand elle est rentrée, Aly lui a envoyé les images. Menaçant de les publier la vidéo sur réseaux sociaux, il lui propose des rapport sexuel. Aussi, Junior a refait surface, demandant à A. Diop sa part sur les 40 mille FCfa.

La fille lui dira qu’elle a dépensé l’argent. Il y’a eu des échanges aigres-doux entre eux. Junior a publié le contact de la fille sur Facebook, disant qu’elle est une fille de joie. A. Diop a reçu beaucoup d’appels. Des hommes l’ont invité à des rencontres de sexe. C’est ainsi qu’elle a envoyé 15 mille FCfa à junior pour qu’il supprime la publication. Seulement, elle n’a pas cédé aux menaces de D’Aly. Et a porté plainte à section des mœurs du commissariat centrale de Dakar.

« On a entretenu à deux prise des rapports sexuels… et je me suis endormie »

Dans ses dépositions, la jeune fille déclare :« J’habite à Kaolack. Mais comme j’avais des différends avec ma mère, j’ai décidé de quitter la maison. C’est ainsi que je suis venu à Dakar. Mes premiers jours étaient trop durs. Car je ne connais personne à Dakar. J’ai passé la nuit dans la rue pendant 4 mois. Le 22 juillet passé, j’ai fait la connaissance de junior avec qui j’ai sympathisé.

Je lui fais savoir que je suis sans abri. Aussitôt il m’a mis en rapport avec son ami, Aly Ndao. Celui-ci m’a demandé de venir à grand Mbao. Sans hésiter je suis partie à sa rencontre. Je lui ai exposé ma situation. Et il m’a promis de me donner 50 mille en changement d’une partie de sexe. J’ai accepté. Ce jour-là on a entretenue à deux reprises des rapports sexuels. Après je me suis endormie. Et il en a profité pour me filmer toute nue afin de me faire chanter.

Le lendemain, junior m’a appelé au téléphone pour me demander sa part. Je lui ai dit que j’ai dépensé l’argent. C’est pourquoi il a diffusé mon numéro sur le Net. Par la suite, je lui ai envoyé 15 mille FCfa pour qu’il enlève la publication », avait déclaré la demoiselle. Sur cette base, les enquêteurs n’ont pas tardé cueillir Aly Ndao dans son domicile. Entendu, le mis en cause a reconnu les faits, disant qu’il n’avait pas l’intention de publier les images. Il voulait juste la faire chanter à entretenir des rapports sexuels.

Le prévenu présente ses plates excuses

A la barre, le prévenu a réitéré ses aveux faits à l’enquête, sollicitant la clémence du tribunal. « En faite, la fille se prostitue. J’ai eu son contact par le biais d’un ami Facebook qui s’appelle Junior. Il me donne des numéros de filles pour 2 mille FCfa. J’ai fait appel à lui pour qu’il me passe une dame pour une partie de sexe. C’est ainsi qu’il m’a donné le numéro d’A. Diop. J’ai appelé la fille. Et au bout du fil, on a marchandé. On était d’accord à 40 mille la nuitée. Elle est venue chez moi.

Et on a entretenu des rapports sexuels. Après elle s’est endormie. Étant toute nue, je l’ai filmé. Quand elle est rentrée chez elle, je lui ai envoyé la vidéo. Je lui ai demandé de venir me trouver encore. Sinon, je vais publier les images sur le Net. Je ne savais pas qu’elle est mineure. C’est junior qui me l’a suggéré. D’ailleurs elle n’était pas la seule. Le gars m’avait donné 3 contacts de filles et comme j’ai couché avec toutes les trois », soutient Aly Ndao, 23 ans avant demander pardon. La partie civile n’a pas comparu. Le parquet a requis l’application de la loi pénale. Me Aboubacry Barro a plaidé la clémence pour le compte du prévenu.

DakarPoste