Fonds « Force Covid-19 » : Une gestion nébuleuse (Y'EN A MARRE)

LIMAMETTI.COM- L’affaire Sonko continue de produire des effets jusque-là où on s’y attend le moins. Le Quotidien a appris que le gouvernement a décidé de retirer son agrément à l’Ong Open Society West Africa au Sénégal (Osiwa Sénégal).

La cause, le soutien financier que cette organisation apporterait à des organisations comme Y en a Marre. Dans ces moments troubles, marqués par des violences de rue, où l’on note la grande implication des membres de cette structure dans le combat pour la libération de Ousmane Sonko ainsi que d’autres détenus, les pouvoirs publics chercheraient à réduire leur capacité de nuisance en les privant de ressources économiques.

Il serait reproché à Osiwa d’avoir fait transférer au moins 70 mille dollars américains (environ 45 millions de Cfa), à Y en marre, à travers TrustAfrica. La décision de suspendre l’organisation de George Soros au Sénégal sera, disent certaines personnes bien informées du dossier, rapidement notifiée à la représentation diplomatique des Etats-Unis d’Amérique au Sénégal. Et c’est en ce moment qu’elle va devenir effective. Ce que Le Quotidien a pu vérifier, c’est que c’est au cours d’une rencontre avec les principaux ministres concernés, de l’Intérieur, de la Justice, des Affaires étrangères, et des Finances et du Budget notamment, que le président de la République Mack Sall lui-même, a pris la décision de retrait de l’agrément.

Cette décision va intervenir alors que c’est à la fin de l’année que doit se négocier le renouvellement de l’agrément entre Osiwa et les autorités sénégalaises. Si cet agrément venait à être retiré avant la date d’expiration, on peut s’attendre à de nombreuses polémiques sur la question.

Le gouvernement serait également en train de pister d’autres sources de financement de Y en A marre, notamment par le biais de Leetchi, ainsi que par le réseau des activistes d’Afrique et de sa diaspora, Afrikki network.

Le gouvernement du Sénégal n’a jamais vraiment fait mystère de sa volonté de priver Y en a Marre et d’autres organisations d’activistes de leurs financements extérieurs. S’agissant du mouvement dirigé par Aliou Sané, il a été officiellement à la base de la décision de l’Etat du Sénégal de retirer son agrément à l’Ong Enda Lead Afrique francophone, à la fin de l’année 2018. Il avait été dit à l’époque, que Enda Lead Afrique «participait à des opérations de financement extérieures» du mouvement Y en a Marre. Les responsables de l’Ong avaient eu beau protester de leur bonne foi, cela n’avait pas empêché le gouvernement de maintenir sa décision.

Et à cette occasion d’ailleurs, Osiwa avait été également indexé, mais aucune décision n’avait été prise en son encontre. Sans préjuger de ce que la décision de retirer l’agrément de Osiwa pourrait entraîner comme conséquences juridiques, on pourrait s’avancer que sur le plan financier, ce sera un autre coup dur porté, non seulement à Y en a Marre, mais à plusieurs autres mouvements de la Société civile sénégalaise, dont les activités reçoivent régulièrement des financements de cette structure. Et dans les circonstances actuelles de polarisation du discours politique, le gouvernement devra avoir le dos large pour supporter les critiques

Le Quotidien