LIMAMETTI.COM- Marchandises surfacturées, prix du téléphone exorbitants, surpopulation carcérale, entre autres révélations faites par l’ancien pensionnaire de la prison du Cap Manuel au lendemain de sa libération.

Face à la presse, l’activiste leader de Frapp-France-dégage charge la directrice de cette maison d’arrêt qui entretient, selon lui, un business sur le dos des détenus.

« C’est une directrice de la maison des esclaves », martèle-t-il d’emblée. « L’unité du téléphone était vendue aux détenus à 100 frs. Les marchandises de la boutique du Cap Manuel étaient surfacturées. Une omelette avec un seul œuf dans un pain qui ne coûterait pas 50 frs était vendue à 400 frs, un pack d’eau d’un litre venu à 3000 frs. J’ai demandé à la directrice de la prison du Cap Manuel de réduire le prix du téléphone, les prix de la boutique, d’arrêter les fouilles intégrales consistant à dénuder complètement les prisonniers », confie Guy Marius Sagna.

Il dénonce des traitements dégradants. «Avant de faire la grève de la faim, j’ai adressé une correspondance à la directrice de la prison pour lui dire, « ces prix sont inacceptables. Voyez ce que vous pouvez faire pour les chambres 1, 2 et 3 du Cap Manuel qui sont surpeuplées.., voyez ce que vous pouvez faire pour éviter la fouille intégrale consistant à dénuder totalement le prisonnier. Au terme de notre conversation dans son bureau, au moment de sortir, elle m’a lancé un ‘vas te faire foutre’. Parce que l’argent de la boutique entrait dans sa poche, l’argent du téléphone entrait dans sa poche. Donc, exiger la baisse des prix revenait à s’attaquer à ses intérêts », car « même les agents pénitentiaires achetaient aux mêmes tarifs que les détenus dans ces boutiques » selon toujours l’activiste qui entamera une grève de la faim pour dénoncer les conditions de détention.

Le directeur de l’administration pénitentiaire, le colonel Bocandé, conclut-il, « m’a supplié d’arrêter la grève de la faim. Il a pris des mesures pour que le tarif du téléphone passe de 100 frs à 60 frs l’unité, et que les marchandises de la boutique de la prison du Cap Manuel soient vendues au même prix qu’à l’extérieur des prisons ».