Comme toujours, les veilles des remaniements sont pénibles pour le Palais. C’est le temps des manœuvres et des tractations de toutes sortes et de tous genres.

Certains ministres sont prêts à tout, à faire n’importe quoi, rien que pour conserver leur poste dans le gouvernement…quitte à faire appel aux puissants chefs religieux.

Selon nos sources, une ministre en poste dans le gouvernement dont la nomination a un lien avec un khalifat, a bénéficié de l’appui de taille de toute la confrérie. Une délégation de cette confrérie a été dépêchée auprès du Président de la République Macky Sall.

Le Président de la République Macky Sall va-t-il céder et reconduire les mêmes pratiques de cooptation qui discréditent le gouvernement ? Des pressions de ce genre, le Président de la République Macky Sall devra en subir. Les veilles des remaniements ministériels sont ainsi faites au Sénégal. Généralement, le Palais vit une sorte d’heure de remue-ménage. C’est l’heure où les lobbys se déploient. Toutes sortes de tractations sont menées pour aider son protégé à conserver son poste de ministre au sein du gouvernement. Le Palais a toujours subi ce genre de pressions.

Mais cette fois, compte tenu du contexte, le Président de la République Macky Sall va-t-il accepter toutes les pressions qui vont être exercées sur lui et ramer ainsi à contre-courant de la volonté populaire ? S’il cède face aux pressions pour reconduire ce que l’on qualifie de ministres « indésirables » dans son gouvernement, il se détournera davantage des préoccupations et des aspirations du peuple. Il deviendra ainsi à nouveau coupé du peuple. Et la fracture risque d’être profonde. Macky Sall doit choisir.

Le peuple sénégalais s’est exprimé en disant non à une forme de gouvernance. En disant non à l’arrogance, à l’insolence, à l’injustice, et à l’impunité. Les Sénégalais en appellent à une autre forme de gouvernance. Macky Sall doit en être conscient. Il lui faut arrêter de jouer avec le feu. Il ne peut continuer à aller à l’encontre de la volonté populaire. S’il dit avoir bien « compris » le message qui lui a été envoyé par le peuple sénégalais, il lui doit donc aller dans le sens de ses aspirations.

Il est temps qu’au Sénégal, que les pouvoirs politiques arrêtent d’ailleurs à accepter de subir toutes sortes de pression lorsqu’il s’agit de la formation d’un nouveau gouvernement. Seule la compétence à un ministre pour prétendre maintenir son poste au sein du gouvernement.

La rédaction de Xibaaru