Report des élections locales : Le front de l’opposition se radicalise et sonne la mobilisation

Face à la presse hier, le Front de résistance nationale (Frn) a exigé l’organisation des élections locales en 2021, des élections législatives en 2022 et de l’élection présidentielle en 2024. Il a, entre autres, appelé tous les partis de l’opposition, les mouvements et associations de la société civile, les activistes et lanceurs d’alerte de tout bord à lancer sans délais le cadre Unité d’action des forces démocratiques « pour imposer la tenue des élections locales en 2021 ».

« Le premier report des élections locales au premier décembre 2019 a été fait de façon unilatérale, sans concertation avec la classe politique ; le deuxième report, au plus tard le 28 Mars 2021, a été fait, suite à un accord avec la classe politique et la société civile, dans le cadre de la commission politique du dialogue national. Par la suite, au mois de mars, tous les travaux du dialogue politique ont été suspendus du fait de la pandémie de la Covid-19, pour plus de cinq mois. C’est d’ailleurs, l’argument principal, du troisième report, qui a été avancé par le pouvoir », tonne le Frn qui ajoute : «Cependant, il est bon à signaler que, dans le rapport spécial, à monsieur le Président de la république relatif aux travaux de la commission politique du dialogue national à la date du 26 Août 2020, on peut lire : « …..Une place spéciale doit être réservée à l’axe de discussion (évaluation du processus électoral et audit du fichier électoral) compte tenu du fait que son traitement conditionne la détermination de la date des prochaines échéances électorales. Pour rappel, le comité de suivi dirigé par M. Mazide Ndiaye, a pu obtenir un accord sur le document de référence de l’audit du fichier et de l’évaluation du processus électoral. Il est donc relativement urgent de terminer ce processus. D’ailleurs dans ce cadre, une correspondance du 4 février 2020 accompagnée du document de référence pour l’audit du fichier et l’évaluation du processus électoral a été adressée au Président du Comité de pilotage du dialogue national ». Ce dernier a transmis tous les documents au Président de la République le 6 Février 2020. Les travaux de la Commission politique ont repris le 19 août 2020 et il a fallu attendre plus de trois mois pour démarrer le processus de l’audit et de l’évaluation. Les experts indépendants des deux processus furent finalement sélectionnés au mois de Janvier 2021. L’audit démarra à mi-février, mais l’évaluation du processus électoral, qui devait démarrer en même temps, prit 45 jours de retard ! C’est dire ainsi, que tout n’a pas été de la faute de la pandémie », accuse l’opposition.

Selon Decroix et Cie, «le régime de Macky a marqué le pas et a été dans du dilatoire continu, malgré nos nombreuses condamnations et dénonciations ! Malgré tous ces retards et avec le démarrage de l’évaluation du processus électoral le 2 avril 2021, il est toujours possible d’organiser les élections locales en 2021 ». Après une démonstration technique, l’opposition est d’avis que «la récapitulation de ces différents délais est au maximum sept mois 25 jours. Si l’on prend, comme date de départ le 2 Avril 2021 pour l’évaluation du processus électoral, on voit bien que techniquement, nous pouvons bel et bien organiser les élections locales au mois de décembre 2021, au plus tard. Les autres parties prenantes que sont le pôle des non-alignés et la société civile sont aussi pour l’organisation des élections locales en décembre 2021. D’ailleurs la société civile propose le 19 décembre 2021. Comme on peut le constater, seul, le pôle de la majorité est pour Janvier 2022. C’est pourquoi, nous, partis politiques, mouvements citoyens, organisations démocratiques et sociales membres du Frn et des autres plateformes, plus que jamais mobilisés et solidaires dans le combat autour de la conduite des processus démocratiques, républicains, citoyens et sociaux dans notre pays, et dans la lutte pour demander le respect du calendrier électoral, n’accepterons pas un nouveau forcing de Macky Sall ».

Après avoir mis en garde «Macky Sall et son régime de toutes les conséquences qui pourraient encore découler de cette dangereuse situation », le Frn exige «l’organisation des élections locales en 2021, des élections législatives en 2022 et de l’élection présidentielle en 2024 », mais aussi «l‘application de tous les accords consensuels issus de la commission politique du dialogue national » et appelle «encore une fois tous les partis de l’opposition, les mouvements et associations de la société civile, les activistes et lanceurs d’alerte de tout bord à lancer sans délais le cadre Unité d’action des forces démocratiques pour imposer la tenue des élections locales en 2021 ».