Vivant dans la hantise des inondations, certaines populations de la ville de Saint-Louis commencent à mettre leurs propres stratégies en place pour faire face à l’hivernage qui s’annonce. Une des activités les plus utilisées, reste le remblai des devantures de maisons, pour faciliter l’accessibilité et la circulation des biens et des personnes.

Durant ces activités, nous avons constaté un acte d’incivisme notoire sur l’utilisation des poubelles comme matériel de remblai. Hé oui, cela se passe ici sur la digue. Ces poubelles qui servent à préserver le long de la digue des déversements des ordures par les populations sont utilisées à des fins de remblai. Si des mesures ne sont pas prises, nous allons vers une situation qui affaiblirait davantage la gestion des déchets solides au sein de la commune, en favorisant l’insalubrité sur cette corniche. Déjà que certains se plaignent de l’insuffisance des poubelles le long de la digue Est.

Il n’est pas dans nos habitudes de dénoncer pour dénoncer mais il y a des actes que nous ne pouvons tolérer et passer sous silence. Ces actes d’incivisme posent un problème de responsabilité individuelle et une prise de conscience des actes que nous posons.

Il est à noter que des efforts sont en train d’être effectués pour la gestion des ordures ménagères solides. Mais les principaux acteurs à savoir les populations, sont souvent écartées du processus de concertation ce qui entraîne des défaillances pour la mise en œuvre d’une gestion durable du matériel.

Avec l’entrée des bennes-tasseuses dans le circuit de collecte et du matériel d’appui comme les poubelles, il devient donc urgent de mettre en place des campagnes de sensibilisation sur une période suffisamment longue pour favoriser le changement des comportements des populations.

L’objectif poursuivi de ces campagnes sera de susciter une prise de conscience chez les populations, sur leurs rôles dans la promotion d’une citoyenneté responsable.
Dans ce sens, des campagnes multimédia doivent être utilisées au niveau des radios, des prêches au niveau des lieux de culte, associées à la sensibilisation de proximité par les « Badianou Gox » et les conseils de quartiers.

leral.net