La série “Thiey Adji Sarr” a très tôt créé la polémique. Attendue sur Walf TV, elle ne sera pas diffusée pour le moment même si le nom a été changé pour devenir “Baline Coumba…”. 

Hier, le Conseil national de régulation de l’audiovisuel (CNRA) a décidé de décidé de suspendre provisoirement cette série, après des échanges avec les acteurs.

Réunion d’explication

Le Cnra s’est autosaisi de l’affaire à cause des vives réactions après la diffusion de la bande-annonce sur Walfadjri TV. Le président du Cnra, Babacar Diagne, a convié hier à une réunion d’explications impliquant le producteur, Serigne Modou Diop, le scénariste, Aziz Niane par ailleurs, membre de la “Troupe théâtrale Soleil Levant” de Thiès, en présence du directeur de la Cinématographie, Germain Coly et de Pape Faye, président de l’ARCOTS, association regroupant les artistes et comédiens du Sénégal.

Scénario revu

Selon le communiqué parvenu à L’As, les principaux concernés par la production, en amont comme en aval, n’ont pas mis du temps à s’entendre sur ce qu’il fallait faire de «Baline Coumba». Ainsi le scénario qui est provisoirement retiré de la diffusion sera revu par l’auteur avec l’accord du producteur, en collaboration avec la direction de la Cinématographie.

Les explications du scénariste

Selon le scénariste de la série, Aziz Niane, l’opinion avait été doublement induite en erreur. D’abord par le titre donné à la série, ensuite par ce qui en a été donné à voir sur la bande-annonce. A l’en croire, l’essentiel de la série s’est joué en territoire gambien, avec des acteurs des deux pays. Le contenu n’a rien à voir avec une certaine actualité sénégalaise (Ndlr, affaire Sonko Adji Sarr), s’est défendu Aziz Niane.

Une grande production qui tombe à l’eau

Pour sa part, le président du Cnra, Babacar Diagne estime que la perception peut aussi donner lieu à des réactions négatives, loin de ce qui est proposé. Ainsi le producteur, très réceptif, a salué la démarche du Cnra et donné son total accord pour l’arrêt de la diffusion de la série qui lui a pourtant déjà coûté beaucoup d’argent.