Confiscation des biens de Karim : Le tribunal de Monaco rejette la requĂȘte de l’Etat du SĂ©nĂ©gal | Limametti.com

Politique Unes

Confiscation des biens de Karim : Le tribunal de Monaco rejette la requĂȘte de l’Etat du SĂ©nĂ©gal

Publié par Sokhna Fall

LIMAMETTI.COM – Le tribunal correctionnel de Monaco a rejetĂ© la requĂȘte de l’Etat relative Ă  la confiscation des biens de Karim Wade.

 

L’Etat du SĂ©nĂ©gal a encore une fois étĂ© dĂ©boutĂ© par la justice internationale. Le tribunal correctionnel de Monaco a refusé de procĂ©der Ă  la confiscation de sommes saisies dans les comptes monĂ©gasques appartenant à Wade fils et ses co-accusĂ©s, suite Ă  une demande de l’Etat du SĂ©nĂ©gal. Dans un communiquĂ©, le collectif des avocats de Karim Wade considĂšre qu’à travers ce rejet, le pouvoir sĂ©nĂ©galais vient d’ĂȘtre de nouveau dĂ©savouĂ© par la justice d’un pays Ă©tranger qui refuse, une fois de plus, l’exĂ©cution sur son territoire de l’arrĂȘt rendu le 23 mars 2015 par la Cour de rĂ©pression de l’enrichissement illicite (Crei) qui, d’aprĂšs eux, viole les principes de droit reconnus par la communautĂ© internationale dans les traitĂ©s et conventions signĂ©s et ratifiĂ©s par le SĂ©nĂ©gal,  parties intĂ©grantes de sa Constitution.

‘’L’Etat du SĂ©nĂ©gal se prĂ©valait de l’arrĂȘt rendu par cette juridiction d’exception supprimĂ©e en 1984 et ressuscitĂ©e par un simple dĂ©cret du chef de l’État, en violation de la Constitution exclusivement pour condamner Karim Wade’’, dĂ©noncent les conseils de l’ancien ministre de la CoopĂ©ration internationale. Cette dĂ©cision monĂ©gasque fait dire aux robes noires que Karim Wade a Ă©tĂ© poursuivi, jugé et condamnĂ© pour des raisons purement politiques, dans le seul but d’ĂȘtre empĂȘchĂ© de se prĂ©senter Ă  l’élection prĂ©sidentielle du 24 fĂ©vrier 2019.

‘’IrrĂ©gularitĂ©s scandaleuses’’

‘’Sa condamnation est intervenue au terme d’un procĂšs dĂ©pourvu d’impartialité et comportant des irrĂ©gularitĂ©s scandaleuses et de trĂšs graves atteintes aux droits de la dĂ©fense, ainsi qu’aux traitĂ©s et conventions internationales de protection des Droits de l’homme’’, poursuivent les avocats. Ces derniers pensent qu’en rejetant la demande des autoritĂ©s sĂ©nĂ©galaises, la justice de Monaco leur  inflige un cinglant camouflet qui s’ajoute aux dĂ©saveux qu’elles subissent constamment dans toutes les procĂ©dures menĂ©es hors du SĂ©nĂ©gal.

A cet effet, ils citent : ‘’Le classement sans suite d’une plainte pour biens mal acquis dĂ©posĂ©e contre Karim Wade auprĂšs du Parquet national financier de Paris, le refus de confiscation prononcĂ© par le tribunal de grande instance de Paris, puis par la Cour d’appel de Paris, les condamnations par la Cour de justice de la Cedeao, la dĂ©claration solennelle par laquelle le Groupe de travail des Nations Unies sur la dĂ©tention arbitraire a constatĂ© le caractĂšre inĂ©quitable du procĂšs subi par M. Karim Wade et a proclamĂ© le caractĂšre arbitraire de son emprisonnement.’’

Me Demba Cire Bathily, Me Bernard Bensa, Me Michel Boyon, Me Seydou Diagne, Me CirĂ© ClĂ©dor Ly, Me MadickĂ© Niang, Me JoĂ«lle Pastor-Bensa et Me Amadou Sall pensent, en outre, que la dĂ©cision de la justice de Monaco renforce Karim Wade dans sa dĂ©termination Ă  dĂ©fendre ses droits civiques et politiques dont l’intangibilitĂ© est garantie par la Constitution.

Cette dĂ©cision intervient quelques jours aprĂšs que la Cour de justice de la CommunautĂ© Ă©conomique des Etats de l’Afrique de l’Ouest (Cedeao) a considĂ©rĂ© que les droits de Khalifa Sall ont Ă©tĂ© violĂ©s et que son procĂšs a Ă©tĂ© inĂ©quitable.

Aujourd'hui nous mettons le cap sur l'application mobile LIMAMETTI. Télécharger l'application mobile en cliquant sur l'image :

A propos du rédacteur

Sokhna Fall

Je suis un amoureux du web qui aime aller Ă  la recherche de l'information partout dans le monde

Laissez un commentaire