Premas : Thiès en état de siège pour accueillir Serigne Mbaye Thiam | Limametti.com
Politique Unes

Premas : Thiès en état de siège pour accueillir Serigne Mbaye Thiam

SERIGNE MBAYE THIAM 696x464 678x381
Publié par Sokhna Fall

Pour une banale cérémonie de lancement des activités du Projet de préservation des matériels scolaires (Premas) de la région de Thiès, présidée par le ministre de l’Education nationale, M. Serigne Mbaye Thiam, à l’école élémentaires Abdoulaye Yakhine Diop de Thiès-Ville, l’assistance a été ahurie par le déploiement ubuesque d’éléments du Groupement mobile d’intervention (Gmi).

Des « bérets rouges » casqués, équipés de fusils, de grenades lacrymogènes et munis de boucliers en plexiglas. Bref, on se serait cru en état de siège ! L’entrée de l’établissement était très filtrée, il fallait montrer patte blanche pour accéder au lieu de la cérémonie au point que des policiers ont même eu maille à partir avec quelques éléments de la presse.

« De quoi a peur Monsieur le ministre ? », se sont demandé beaucoup de Thiessois.

Selon les mêmes, la réponse à cette question se trouverait dans le fait que « les autorités académiques en place ne voudraient d’aucune manifestation de colère des enseignants qui n’ont pas fini de s’offusquer de l’agonie de l’école à Thies ». Toujours est-il que le lancement des activités du Projet de préservation des matériels scolaires (Premas) a pris des allures de meeting politique.

Beaucoup de parents d’élèves ont dit avoir regretté d’avoir assisté à « une grosse farce ». Ce d’autant que, selon l’un d’eux, « l’école Abdoulaye Yakhine Diop qui a abrité cette cérémonie est confrontée actuellement à un sérieux problème d’approvisionnement en eau du fait de factures impayées. Du coup, les sanitaires n’y sont plus fonctionnels ».

Et pourtant ce temps, ce sont des sommes colossales qui ont été dépensées pour organiser la cérémonie de lancement du Premas. Une mère de famille, dans une colère noire, a déploré « une mascarade, une mystification ».

A LIRE AUSSI :   Thies : Wade craque et pleure sous les yeux de ses sympathisants

« C’est l’heure du grand bluff à Thiès », soupirent d’autres personnes qui ont pris part à la cérémonie. Et de déplorer « le caractère festif, folklorique de la manifestation ». Aux yeux de nos interlocuteurs, le ministre Serigne Mbaye Thiam s’est distingué à Thiès comme un « grand-maître dans l’intoxication », un « manipulateur », en cette période de presque précampagne électorale pour la présidentielle de 2019.

Un « politicien » dans la catégorie de gens qui ne font que dans « l’intox » et cherchent à « embobiner les populations avec des promesses fallacieuses ». Quant au Premas qu’il était venu présenter, il pose réellement problème. Car mettre en place un tel projet qui consiste à retaper du matériel vétuste pour équiper les établissements scolaires, c’est comme pour dire que l’Etat n’est pas dans les dispositions d’investir dans les équipements scolaires. Aussi se pose la question de savoir quelle est alors la destination réelle des 40 % du budget de l’Etat consacrés à l’éducation nationale.

Une question qui s’impose d’autant plus que les enseignants aussi ne cessent de râler pour la satisfaction de leurs conditions de travail mais aussi pour des augmentations salariales. Sans compter les inspecteurs de l’enseignement qui ont décrété une grève générale d’une vingtaine de jours pour, eux aussi, réclamer la satisfaction de leurs revendications… Peut-on, dans ces conditions, se permettre d’organiser des manifestations festives ? La question est bien évidemment adressée au ministre Serigne Mbaye Thiam

A propos du rédacteur

Sokhna Fall

Je suis un amoureux du web qui aime aller à la recherche de l'information partout dans le monde

Poster un Commentaire

avatar
  S’abonner  
Notifier de