LIMAMETTI.COM – L’avocat des trois mis en cause, Me Abdinar Ndiaye, demande l’arrestation du directeur exécutif de la section sénégalaise d’Amnesty International, Seydi Gassama, pour avoir partagé la vidéo sur son compte twitter afin de s’indigner du traitement inouï qu’a subi la fille F N, âgée de 29 ans, avant de la supprimer à la demande de la famille.

Selon la robe noire, Seydi Gassama est le premier fautif dans cette affaire. A l’en croire, dans un Etat de droit, Seydi Gassama serait mis aux arrêts et traduit en justice pour avoir partagé la vidéo.

Pour lui, c’est la vidéo de M. Gassama qui a mis au courant le public de l’affaire. Il rappelle que la publication ou montage d’audio ou vidéo portant atteinte à la vie privée d’autrui via les réseaux sociaux est un délit, mais également poursuivi doublement pour violation du secret de correspondance et divulgation d’enregistrement sur la base de la loi de 2016.

Lire aussi l’article : Dernière minute – Les présumés auteurs de la Vidéo de Sacré-coeur identifiés et arrêtés

Pour rappel Le procès de F N, la jeune fille qui a été violentée et vilipendée sur les réseaux sociaux, n’a pas été débattu dans le fond. Le dossier a été renvoyé par le tribunal jusqu’au 30 juillet prochain suite à la demande de l’avocat de la fille qui venait de se constituer. En attendant, ses bourreaux Ibrahima Diaw, Babacar Ndiaye et Moussa Diallo vont garder leur mal en patience en prison. Pour rappel, F N qui ne jouit pas de toutes ses facultés mentales, présentée à tort comme une vulgaire voleuse, a été filmée et humiliée. Des organisations de défense des droits humains avaient saisi la police qui a interpellé les mis en cause.